mardi 22 juillet 2014

"Heimat" d'Edgar Reisz (2013) & autres belles et grandes "nouvelles de l'Inactualité"...

heimat

Heimat

Die andere Heimat (Kronik einer Sehnsucht) (*)

(*) titre allemand : " L'autre Terre natale (Chronique d'un rêve) "

HEIMAT_1_CHRONIQUE_D_UN_REVE

Schabbach, en Rhénanie, 1842 à 1844. Des dizaines de milliers de paysans allemands, accablés par les famines, la mortalité infantile et la pauvreté, tentent d'émigrer en Amérique du Sud. Le Brésil est la Terre de tous leurs rêves...

christian_ludeke_AH10

Jakob Simon rêve lui aussi d’un monde meilleur, mais surtout d’aventures.

die_andere_heimat_1

Mais voici toute l'histoire de la famille Simon...

die_andere_heimat_5_c_christian_ludeke_1

Jakob Simon : personnalité romantique, débitant de mémoire ses phrases magiques issues de dialectes amérindiens et dénichant en son environnement immédiat ces quinze variétés de vert connues "là-bas"... tel le protagoniste à la tête vide mais bruissante d'histoires de Joseph von Eichendorff, dans Aus dem Leben eines Taugenichts (ou Scènes de la vie d'un propre à rien, publié en 1826), sortant son violon dès que le Voyage commence...

die_andere_heimat___chronik_einer_sehnsucht__2_

Le jeune Jakob sera donc notre Ulysse "presque immobile" (formidable Jan Dieter Schneider)... houspillé par son père Johann (Rüdiger Kriese), le forgeron-maréchal-ferrant de Schabbach...

die_andere_heimat_2

Fils cadet protégé par sa mère Margret (Marita Breuer), qui se consume peu à peu de tuberculose... Jakob profitant encore de la complicité "républicaine et laïque" de son oncle tisserand (Reinhard Paulus) quand les livres - ces ennemis du travail - lui sont arrachés des mains et envoyés sur le tas de fumier par un père enragé ...

Die_Andere_Heimat_010

Le propre à rien tombe - plutôt maladroitement - amoureux de Jetchen (Antonia Bill) rencontrée en compagnie de son amie Florinchen (Philine Lembeck), un soir dans un pré en pente...

heimat_chronique_dun_reve

Une idylle vite contrariée par le retour de son propre frère aîné  Gustav (Maximilian Scheidt), de retour du service militaire - sous son étrange casquette d'Etudiant de Prague... Non content de lui dérober sa dulcinée, il s'approprie même les rêves du cadet en devenant - à sa place - candidat à l'exil brésilien...

phpThumb_generated_thumbnailjpg

Les visites clandestines de la soeur ainée Lena (Mélanie Fouché) réprouvée car mariée à un catholique d'un village voisin en terre protestante ; l'ombre bienveillante omniprésente de la grand-mère (Eva Zeidler),volontiers affairée à ses boudins de patates ; Margotchen (Zoé Wolf), la petite soeur au pied-bot, les morts d'enfants en cascade (impitoyable diphtérie...) dans le village hivernal... Enfin, Florinchen, l'amie inséparable de Jettchen,dévoile ses sentiments pour l'anti-héros rêveur...

phpThumb_generated_thumbnailjpg__1_

Passe sur ces vertigineux extérieurs et ces rudes intérieurs, en leurs gris nébuleux et par leur magie "claire obscure", tout le délicat souvenir des toiles de Millet et de Vermeer ...

die_andere_heimat_3

Film réalisé dans son Hunsrück natal en 2012-2013 par cet artiste alors âgé de 80 ans. Chef d'oeuvre incontestable... Au fond, grâce à quoi ? Au pari de l'exigence déterminant une oeuvre qui ait une "longue durée de vie"... Grâce au professionnalisme de son équipe technique et à la cohésion de sa "troupe" d'acteurs, d'actrices et de figurants (tous d'un charisme inouï, tout en étant de quasi-inconnus pour nous).

retour_sur_heimat_la_monumentale_trilogie_d_edgar_reitz_M130833

Exception faite pour Marita Breuer - jouant la mère - émouvante actrice que reconnaitront les nombreux spectateurs de ses précédents films "de cinéma" : cette trilogie Heimat I, II et III d'une cinquantaine d'heures, produite par la télévision allemande et aujourd'hui disponible en DVD, à l'instar de ce dernier film en deux parties, d'une durée approchant 4 heures)...

christian_ludeka_AH6

Après Heimat 1 sorti en 1984 (période 1919-1982), Heimat 2 en 1992 (période 1960-1970) et Heimat 3 en 2004 (période 1989-2000), Edgar Reitz nous livre aujourd'hui le prélude de sa saga antérieure en s'attachant à la très courte période 1842-1844.

Heimat_1_La_Chronique_Allemande_DVD_Zone_2_876828477_MLheimat2_jacket          heimat__1_

A la question : "Est-ce que vous regardez des séries ?", l'auteur répondit le 26/10/2013 à Jacques Morice pour l'hebdo "Télérama":

" Pas du tout. Au bout de dix minutes, j'abandonne, je trouve qu'il n'y a aucune qualité esthétique. Si les images étaient mieux faites, on ne les oublierait pas aussi vite. Elles se mélangent à plein d'autres dont on est abreuvé. De fait, je ne regarde pas la télévision. "

heimat_chronique_d_un_reve__1_

Le format scope et le pointillisme coloré inattendu de certains plans en noir-et-blanc (idée née d'un incident lors du traitement de la pellicule, développée plus tard comme moyen esthétique additionnel : procédé rare et discret, d'une redoutable force émotionnelle) contribuent aux fortes qualités poétiques de l'oeuvre... 

edgar_reitz_M131071

Re-création éblouissante d'un monde disparu...

christian_ludeke_AH5

Un "classique moderne" inattendu...

christian_ludeke_AH2

... avec l'empreinte (discrète) de Vermeer & Pieter de Hooch, bien sûr !

*

Et il y eut, bien sûr, de formidables "Grands Ancêtres" (cinématographiques planétaires) dans la généalogie d'Heimat :

80828018_o

1274186302_1270148555_THE_WIND_DO_LUCHT

The Wind (Le Vent, 1928) de Victor Sjöström

*

city_girl_affiche_333828_21833

movie_city_girl_by_f_w_murnau_still_mask9

City Girl (1930) de Friedrich-Wilhelm Mürnau

*

my_darling_clementine_c6s_14902_stl_lb_nm

Clementine51

My darling Clementine (La poursuite infernale, 1946) de John Ford

*

en13557

stalking01

L'homme sauvage (The Stalking Moon, 1968) de Robert Mulligan

*

l_arbre_aux_sabots

l_arbre_aux_sabots_1978_portrait_w858

L'arbre aux sabots (L'albero degli zoccoli, 1978) de Ermanno Olmi

*

19347072

days_of_heaven_3

Days of Heaven (Les Moissons du Ciel, 1979) de Terrence Malick

*

et peut-être ...

48593

600full_the_hi__lo_country_screenshot

The Hi-Lo Country (1999) de Stephen Frears

- adapté du formidable livre éponyme de Max Evans (1961)

*

Vient  cette question "secondaire" (mais lancinante) à laquelle la vision de ce chef d'oeuvre nous renvoit soudain : la production puis la réalisation d'un film de dimensions et d'ambition équivalentes, à propos de "notre passé paysan", qui posséderait cette même authenticité, cette confiance légitime en son modeste point de vue - et d'aussi évidentes (stupéfiantes) qualités esthétiques et éthiques - seraient-elles seulement envisageables en notre "petit pays", aujourd'hui bien défait ?

Je crains la réponse...

Car nos plus proches souvenirs français - en mode évidemment mineur si on les compare à la force esthétique et émotionnelle d'Heimat d'Edgar Reisz - restent, pour nous :

18827481

Moi, Pierre Rivière... de René Allio (1976) 

*

69216099_af

Une hirondelle a fait le printemps de Christian Carion (2001)

*

On se rend bien compte - même en cherchant dans tous les coins - que par chez nous, "la moisson est maigre".

Ou alors : un jour, peut-être ?

*

christian_ludeke_AH1

Et en attendant ce jour hypothétique ?

Un excellent FILM (allemand &) UNIVERSEL à vous...

christian_ludeke_AH10

(Heimat existe en support DVD - qualité d'image magnifique, et en vente partout) !!!

Posté par regardsfeeriques à 18:09 - Commentaires [16] - Permalien [#]