Regards Féériques, Forêt de Fées & Rêves

dimanche 23 septembre 2018

Brenne (Souvenirs d'étangs)

P1010314

P1010272

P1010289

Posté par regardsfeeriques à 09:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 6 août 2018

"Miroir de l'âme" (après changement de titre & achèvement, août 2018)

P1010250

P1010252

P1010254

Posté par regardsfeeriques à 21:52 - Commentaires [2] - Permalien [#]
mardi 31 juillet 2018

"L'âme du miroir" (après réflexions, réflection & réfection), juillet 2018

P1010245

P1010247

P1010244

P1010222

P1010228

Posté par regardsfeeriques à 15:40 - Commentaires [2] - Permalien [#]
lundi 30 juillet 2018

"L'âme du miroir"

P1000691

P1000693

P1000692

 L'âme du miroir 

(huile sur toile, 75 x 50 cm, détail), 2018

Posté par regardsfeeriques à 13:27 - Commentaires [6] - Permalien [#]
samedi 12 mai 2018

Variations pour un visage /1

P1000630

Posté par regardsfeeriques à 09:47 - Commentaires [7] - Permalien [#]

Variations pour un visage /2

P1000637

Posté par regardsfeeriques à 09:45 - Commentaires [2] - Permalien [#]
lundi 19 mars 2018

Un artiste au Pays des Visages...

787811_001

Monika (1953) d'Ingmar Bergman

(Harriet Andersson et Lars Ekborg)

*

critique_monika_bergman1_001

Monika (1953) d'Ingmar Bergman

(Harriet Andersson)

*

nuit_des_forains_1953_03_g_410

La nuit des forains (1953) d'Ingmar Bergman

(Harriet Andersson et Ake Grönberg)

*

tumblr_ndcneiDjgR1s5o8nro1_1280

Le Visage (1958) d'Ingmar Bergman

(Ingrid Thulin, Max von Sydow et Ake Fridell)

*

ansiktet

Le Visage (1958) d'Ingmar Bergman

(Bibi Andersson et Lars Ekborg)

*

Persona_2

Persona (1966) d'Ingmar Bergman

(Liv Ullmann et Jorgen Lindstrom)

*

Posté par regardsfeeriques à 21:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]
dimanche 26 novembre 2017

" Visitez tous le Grand Pays de Franz Kafka, avec vue imprenable sur L'Autre Monde ! "

800px_Kafka_Amerika_1927

 800px_Kafka_Der_Prozess_1925

800px_Franz_Kafka_Das_Schloss

Trois romans appartenant à un même monde.
Comme faits d'une même matière indécise. 


PREMIER POSTULAT : Le monde sensible reste une énigme à déchiffrer et nous ne disposons que d'une vie – à durée fortement imprévisible – pour cela.

SECOND POSTULAT (découlant du 1er) : Nos banales existences terrestres se révèlent – à plus ample examen – uniformément tissées d'une même matière énigmatique un peu gluante, que certains nomment (avec un rien de grandiloquence, dérisoire et impuissante) ... « destinée ».
_____________________________________________________________________________________

product_9782070107933_195x320

Les trois romans diversement inachevés de Franz Kafka (1883-1924) sont ici réunis dans ce premier volume des écrits complets de l'écrivain (publiée en 1976 en 4 tomes pour la collection La Pléiade) dans leur traduction « historique », de l'allemand au français : celle que réalisa Alexandre Vialatte en 1933 pour "Der Prozess", en 1938 pour "Das Schloss" et en 1946 pour "Der Verschollene"/"Amerika".
_____________________________________________________________________________________

product_9782070368037_195x320


I. Der Verschollene (L'Oublié / L'Amérique)

roman composé en 1912, complété en 1914

*


L'Oublié (titre choisi par Franz Kafka dès 1912) ou L'Amérique (titre choisi par Max Brod pour sa 1ère édition de 1927) est le récit d'une lente descente aux enfers, morale et sociale, d'un jeune homme naïf, malchanceux et plein de vitalité… Karl s'adapte sas cesse et jamais ne se décourage (son côté "gentleman-tramp").

Si la trame des mésaventures de Karl Rossmann (âgé de seize ans au début du roman) s'inspire – ceci bien souligné par Claude David – du schéma directeur des romans de Charles Dickens, leur « mise en images » nous semble étonnamment proche – géniale intuition de l'ami Max Brod – de celle des moyens métrages et du tout 1er long métrage de Charlie Chaplin (période The Immigrant à The Kid). 

Cependant et contrairement à Charlot (gentleman-vagabond proprement insubmersible), Karl – trop jeune immigrant, imperturbablement confiant, bien vite infortuné – chutera peu à peu… Il descendra – toujours d'une façon curieusement semi-volontaire – de degré en degré l'échelle sociale, tombant enfin dans les plus bas-fonds de cette « nouvelle société » américaine. On pressent bien qu'il ne s'en relèvera pas… Kafka le déclarera « finalement puni de mort […] d'une main […] légère, plutôt mis à l'écart » ("Journal", 30 septembre 1915).

D'où l'indécidable « fausse-fin » ou « fin ouverte » que constitue Le Grand Théâtre d'Oklahoma

Cet épisode formerait-t-il un leurre de plus pour l'éternel novice Karl – juste avant le « grand déraillement existentiel final » qui l'attend ? La suite des méandres d'un banal « enfer » terrestre se déroulant encore à l'infini – sous forme de voie de chemin de fer… ?

Ou bien – comme le perçoivent certains lecteurs – n'est-on pas introduits dans les prémisses de son « Après-Vie »… ? Introduction en de curieuses « Limbes »… ou encore dans les décors enchanteurs – et pour nous trompeurs – d'un « Paradis » individuel ?

Notre malchanceux héros – y faisant valoir comme patronyme le surnom correspondant à « sa dernière place » occupée dans quelque pègre (Negro) – semble en tout cas être parvenu physiquement indemne en cette Terre d'élection, ce Grand Théâtre d'Oklahoma aux allures paradisiaques, où les femmes – employées pour une sorte de grande parade – sont affublées d'ailes d'Anges… 

Alors : « Paradis pour tous » ? 

Bien sûr et pourquoi pas ? Seulement voilà : pour espérer entrer au Paradis-"Oklahoma", il nous faut bien mourir... Etape inévitable.

Disons que pour nous, lecteurs, le jeune déclassé Karl s'estompera à jamais dans les lueurs incertaines et irréelles (tant on jurera cette image surexposée) de paysages défilant derrière les vitres d'un grand train en route vers on ne sait quelle fabuleuse contrée…

%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

Ce que nous connaissons comme la version « définitive » de ce 1er roman a été mis au net pour l'essentiel en octobre et novembre 1912 : soit du chapitre I, « le Soutier », au début du chapitre VII, « Brunelda/Un Asile ». le long chapitre VII sera poursuivi en décembre 1912 mais Kafka se déclarera « entièrement vaincu par son roman » et l'interrompra le 26 janvier 1913. 

On apprendra également avec intérêt l'existence de 200 pages manuscrites « disparues » de ce roman (qui auraient été écrites durant l'hiver 1911-1912 puis au printemps 1912) que l'auteur jugera le 9-10 mars 1913 « complètement inutilisable[s] ». On sait également qu'une partie du manuscrit « définitif » commencé en fin-septembre 1912 fut détruites par F. K. Il est vraisemblable que ces pages disparues ou détruites racontaient les « étapes intermédiaires » de la déchéance sociale et morale du héros Karl Rossmann, dont témoigne le fragment « le départ de Brunelda ». L'inquiétude définitive naît chez le lecteur qui apprend le jugement de Kafka sur sa première oeuvre romanesque « presque achevée » : les 500 pages qui suivaient le Chapitre I (Le Soutier, faute de mieux, fut publié isolément par Kurt Wolff en mai 1913) étaient jugées « complètement ratées » par leur auteur le 4 avril 1913 dans un courrier à son courageux éditeur de Leipzig…

Quant à l'éblouissant et nébuleux long fragment « final » que demeure à jamais « le Grand Théâtre d'Oklahoma », il ne sera écrit qu'en octobre 1914. Comme l'écrit Claude David, responsable de cette édition : « Oklahoma » reste bien l'épilogue inachevé d'un roman inachevé. ».

La première édition de ce roman vit le jour en 1927 à München, aux éditions Kurt Wolff Verlag.

La seconde édition parut à Berlin en 1935, dans le cadre des Oeuvres complètes publiées aux éd. Schocken Verlag sous la direction de Max Brod et Heinz Politzer.

La troisième édition paraîtra en 1946 à New York, toujours dans sa langue allemande originelle (Schocken Verlag) – ce sera également l'année de cette première traduction française.

Der Verschollene fut le dernier des trois romans inachevés de Franz Kafka à paraître en Allemagne puis à être traduit en français.

Le texte de L'Oublié / L'Amérique comporte 252 pages (p. 3 à 255) dans cette édition pour la collection La Pléiade.
_____________________________________________________________________________________

product_9782070378401_195x320

II. Der Prozess (Le Procès)

roman composé en 1914-1915

*

 

Ce second roman est un dédale sans minotaure. Là où l'on est toujours contraint d'avancer sans jamais avoir la possibilité de reculer. Bien se souvenir que deux anges de la mort nous attendent là où l'on qu'on croirait deviner une « issue ». Dans ce labyrinthe existentiel, Joseph K., est – on l'apprend dès les premières lignes – condamné à l'avance (et pour une faute qu'il n'a pas commise)… Il errera donc de personnage en personnage, passant de décors en clair-obscur à d'infinies coulisses toutes plus inquiétantes que les autres : autant de « trompe-l'oeil »…. Irrémédiablement seul. Condamné à l'avance, il ne peut que retarder l'issue – son exécution au couteau (on jurerait celui des chiens sans visage de « Daech ») par « ses » deux Anges de la mort, aux allures soignées de bureaucrates… Mort sans visage, atroce.

%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

Début de sa rédaction à l'été 1914, fin à l'automne 1915. 

Le roman comprend 10 chapitres achevés (dont le X terminal qui « acte » la mort de l'intéressé) mais aussi 7 chapitres inachevés ou « fragments ».

La première édition de ce roman vit le jour en 1925 à München aux éditions Kurt Wolff Verlag.

La seconde édition parut à Berlin en 1935, dans le cadre des Oeuvres complètes publiées aux éd. Schocken Verlag sous la direction de Max Brod et Heinz Politzer. 

1933, triste année d'accession d'Adolf Hitler au pouvoir du « Reich » allemand sera également l'année de cette première traduction française.

Der Prozess fut donc le premier des trois romans inachevés de Franz Kafka à paraître en Allemagne puis à être traduit en français.

Le texte du Procès compte 230 pages (p. 259-489) dans cette édition pour "La Pléiade".

_____________________________________________________________________________________

 

product_9782070362844_195x320

 

III. Das Schloss (Le Château)

roman composé en 1922

*

 

Le Château est un théâtre d'ombres. Nous gardons l'impression que son protagoniste principal – une fois de plus – s‘y débat seul. Irrémédiablement seul. Seul, « Monsieur l'Arpenteur », appelé ainsi respectueusement ou ironiquement par tel ou tel villageois, tel ou tel fonctionnaire de bas étage du Château… « K. » peut-il s'en sortir ? « Les Autres » existent-ils réellement (problématique du film classique néo-gothique d'Alejandro Menabar) ? Lumières blafardes pesant sur ces journées d'hiver si courtes… Lumignons ou poêles éclairant pauvrement ces soupentes, ces maisons paysannes, cette salle de Classe et Gymnastique devenant dortoir de fortune, ces salles d'auberges (celle du Pont comme celle de « L'Hôtel des Messieurs »)… Rougeoyantes lueurs dans les ténèbres. La nuit vient si vite.

L'Arpenteur (ou « le supposé Arpenteur », comme le qualifiera l'Ami Brod…) arpente infatigablement un monde incompréhensible, presque muet, à peine hostile (la seule figure clairement menaçante et humiliante restera celle de l'Instituteur). La réalité y est molle, indécise, gluante. Bien sûr désespérée. Seule l'éclaire – pour K. comme pour nous qui sommes liés à lui par chacun de ses pas, ses gestes, ses pensées, ses mouvements d'humeur, ses pensées stratégiques offensives ou défensives – notre quête de Sens.

K. est le grand Provocateur. Celui qui s'affranchit des règles.
Dans l'espoir insensé d'atteindre un but qu'on devine illusoire.

Puisque le monde du Château est inaccessible – à lui comme à nous – bien qu'il « explique » suffisamment le village et ses habitants. Nous errons donc avec K. au Royaume des Morts… ou du moins dans ses Limbes. Dès les premières lignes…

« Il était tard lorsque K. arriva. Une neige épaisse couvrait le village. La colline était cachée par la brume et par la nuit, nul rayon de lumière n'indiquait le grand Château. K. resta longtemps sur le pont de bois qui menait de la grand-route au village, les yeux levés vers les hauteurs qui semblaient vides. »

Grand texte religieux ? … L'intuition de Claude David nous semble suffisamment « éclairée » car solidement étayée par le texte.

Etranger car nouvel arrivant… Il ne sait pas encore.

Franz Kafka avait expliqué à Max Brod que L'Arpenteur-du-village-sous-le-Château devait mourir d'épuisement passé son septième jour d'intrusion au village : nous suivons ici le récit de ses six premiers jours passés dans ce village niché au pied de la colline où dort la forteresse…

Une forteresse aux allures bâtardes et banale, à la fois rassurante et inquiétante, qui ne se laisse jamais atteindre : aucun chemin ne semble avoir envie ou recevoir autorisation d'y mener. Tout chemin suivi par K. se contente de la contourner – sans doute définitivement ou d'éternité… le Château demeure textuellement – au sens propre – "Le Pays où l'on n'arrive jamais".

Pays de l'étrangeté crépusculaire : Le Maître du Haut-Château se nomme ici "Le Comte Westwest" [ce que nous apprenons dès le chap. I, "L'arrivée"].

"Passé le pont, les fantômes vinrent à sa rencontre." indiquait l'intertitre du célèbre et beau film de Friedrich Wilhelm Mürnau, Nosferatu dont l'année de sortie [1922] correspond avec l'année de création de "Das Schloss"... Magie et poésie, à nouveau, en ce type de simultanéité artistique.

Mais de quel côté se trouvent ces fantômes ? Sur l'une ou sur les deux rives de la rivière gelée ? Il est certain que K. les rejoint en passant le Pont. Les fantômes du passé de K., sans doute... Peut-être aussi du passé de l'écrivain, qui sait ? "K." n'est-il pas lui-même devenu une ombre - à son insu - conscient ou non de son passage de L'autre Côté du monde ? Un personnage de la grande parade oklahomesque de "L'Oublié" ne pourrait-il clamer, du haut de sa pyramide humaine, muni d'un haut-parleur en carton bouilli : "Visitez tous très vite le Grand Pays de Franz Kafka, avec sa vue imprenable sur L'Autre Monde !" ?

Là se tient sans doute l'un des liens secrets ou tacites réunissant l'Oklahoma de "Der Verschollene" à "Der Prozess" et "Das Schloss".

Déjà remarquable que "Le Château", en son monde clos et entièrement ténébreux, reste le plus long des trois romans inachevés (ou inachevables ?) de Franz Kafka, avec ses 25 denses chapitres : écrit - comme à l'accoutumée - dans la fièvre, ici en un peu moins de 9 mois et malgré l'état de "délabrement physique et moral" prégnant en cette année 1922. On sait que les causes d' "inachèvement" de ses grands chantiers romanesques successifs étaient constamment d'ordre psychologique et non pas dictées par les seuls progrès de sa maladie. On peut ici – presque à coup sûr – mettre en cause l'état d'épuisement physique et moral lié à l'écriture intensive, toujours dans cet "état d'exaltation" souvent évoqué par l'ami observateur Brod... Rappelons l'hémoptysie de la nuit du 9 au 10 août 1917 - première manifestation de la tuberculose pulmonaire de l'auteur : ces "trompettes d'alarme du néant" ayant déjà sonné pour lui cinq années auparavant, entre les murs de l'appartement du Palais Schönborn à Prague, ont pu résonner à nouveau au pied du mur du "Château"... "Assèchement" soudain du récit du "Château" au presque achèvement d'un XXVème chapitre ["Pepi"]... Kafka lui-même expliquera cette interruption en employant le terme d' "effondrement" dans un courrier du 11 septembre 1922.

Il est remarquable également que K. ait autant mûri : seulement dix années après l'adolescent Carl Rossmann de L'Oublié / L'Amerique, "K." est un personnage qui n'a plus aucune naïveté, ne se faisant plus aucune illusion quant aux mécanismes d'oppression "absurdes" de ce monde ou ceux auto-générés par la psyché humaine. Il est "L'étranger" définitif. Il s'est réduit, a dû se rigidifier en ce "K." combatif... Par ailleurs il ne peut - ou ne veut plus - être la victime expiatoire qu'était le Joseph K. du "Procès", trop humain, fataliste et d'une extrême vulnérabilité... "K." n'a d'ailleurs plus de prénom. Il est devenu "M. Nobody", en quelque sorte... Extrêmement combatif (au fond, une sorte de "répliquant" très "Philip K. Dickien"), roué, résistant, ne se laissant guère impressionner par les tentatives d'intimidation ou de séduction des uns et des autres... Ne se laissant surtout pas distraire de l'objet de sa Quête par les leurres de ce qu'on nommerait aujourd'hui "Le Système" (prenant ici toutes les figures humaines imaginables). K. refusera de se plier au moindre interrogatoire... On retiendra en particulier cette scène savoureuse avec Momus, le Secrétaire de Village de l'insaisissable Klamm, et l'Hôtesse de l'auberge du Pont : "Bonne nuit, dit K., j'éprouve une aversion pour tous les interrogatoires, et il sa dirigea vers la porte. " [fin du chapitre IX]. "K." ne sera plus jamais "Joseph K." (En gros, "il ne faut pas la lui faire"...). 

"K." est donc un roc qui sait parfaitement ce qu'il veut obtenir : une confrontation avec "le Chef du Dixième Bureau" (et le monde du Château à travers lui). Simplement une confrontation [avec une figure de la Divinité ?] même si elle s'avère impossible. le seul message de son comportement : "Je ne cède pas. "... Même si l'issue (la solitude et la mort) est connue de lui à l'avance et sans doute incontournable.
L'honneur personnel restera sauf. Malgré les tentatives d'humiliation du sinistre instituteur du village. L' "affirmation de soi" mise en oeuvre en "K. ne permet absolument plus aucune manoeuvre d'intimidation, d'où qui'elle vienne. le Château et son théâtre d'ombres sous-traitant (ce village qui se tient à ses pieds) en seront donc pour leurs frais... "Le Village" paraît le digne précurseur de la prison aimable et policée de l'antique série américaine télévisée "Le Prisonnier" : "On ne quitte pas le Village...".

"Dans "Le Château", la densité des personnages y est stupéfiante - presque étouffante (on se souviendra en particulier de la scénographie du chapitre VII où une demi-douzaine de personnes semblent s'entasser, se croiser ou s'éviter dans une soupente chauffée par un mauvais poêle).

Prenons d'ailleurs exemple des personnages introduits dans le seul chapitre I, "L'Arrivée" :
. K., "l'arpenteur présumé"
. L'aubergiste de l'auberge du Pont
. Schwartzer [bientôt identifié comme fils d'un sous-portier du Château]
. M. le comte Westwest [seulement nommé... ]
. Les paysans du village [réunis dans la salle-à-boire de l'auberge]
. La femme de l'aubergiste [dont nous apprendrons ultérieurement le prénom : Gardena]
. L'un des portiers du Château [dont le portrait peint trône sur l'un des murs de l'auberge]
. Les enfants de l'école du village
. L'instituteur du village
. Lasemann, "maître-tanneur"
. "L'homme à la grande barbe" [Nous apprendrons bientôt qu'il s'agit du cordonnier Brunswick, beau-frère du personnage précédent]
. "Une femme du Château allaitant son nourrisson [identifiée ultérieurement comme l'épouse du cordonnier Brunswick et mère du petit Hans Brunswick qui tentera d'aider K.]
. Arthur et Jérémie, envoyés comme "aides" auprès du "présumé arpenteur" K.
. Une vieille femme [il s'agit de la mère du voiturier Gerstäcker]
. Gerstäcker, le voiturier

Roman de "l'absurde", vraiment ? Claude David s'inscrit en faux. Oui, pas tant que ça... ou peut-être territoire d'un Absurde transcendant... ou disons d'un "grand Autre" (on en chuchote l'existence entre Lacaniens, nouveaux habitants d'une étrange contrée homérique).

"Autre Monde", autres moeurs... mais quelle est la Loi obscure qui régit en silence ce royaume des Limbes ?

Un non-dit permanent, partagé par tous... et bien sûr ignoré de "K.", l'étranger... La divinité et ses émanations répugnent à se laisser approcher. Klamm pourtant se laisse entrevoir (à travers le trou minuscule d'une porte d'auberge)... Seulement Klamm n'est "que" le Chef du 10ème Bureau du Château, autant dire un Saint secondaire... Il veille d'ailleurs sur son invisibilité ordinaire, surveillant en silence les manoeuvres de K. au travers d'une galerie extérieure à claire-voie, sorte de "moucharabieh" d'où l'on peut voir en sans être vu, disposée en surplomb autour d'une cour neigeuse plongée dans la nuit.

Royaume de l'Enigmatique, surtout. [*]

Etonnante empathie dont fait preuve le petit Hans Bunswick, exprimant - avec sa grave sincérité d'enfant - toute sa sollicitude pour l'Arpenteur et ses malheurs, après avoir été témoin d'une scène de sadisme sournois : Gisa, son institutrice au visage d'Ange, imprimant les cinq griffes usées de patte d'une vieille chatte sur le dos de la main de K., ceci sous les yeux emplis de curiosité et d'appréhension de tous les enfants présents à l'Ecole).

"K." est assurément le Kafka - lucide et désabusé - de 1922 alors que "Joseph K." n'était pas autant le Franz Kafka de 1914 et Karl Rossmann encore moins le jeune Kafka des années d'avant 1912...

Ce nouveau personnage pourrait affirmer à la suite du "vrai" Franz Kafka : "Impossibilité de supporter la vie en commun avec qui que ce soit." (Journal, 6 juillet 1916). 

Tour à tour, la clôture définitive des relations avec Felice Bauer (septembre 1917), Julie Wohryzek (juillet 1920) puis Milena Jesenskà (mai 1922) le prouvera suffisamment.

En cette terrible année 1922, l'évolution de sa maladie ne l'a pas encore amené à bénéficier de l'amour et des soins de la très jeune Dora Dymant, qu'il rencontrera durant l'été 1923.

On pense à la fièvre qui saisit Henri Beyle - « Stendhal » - lorsqu'il vînt à bout de La Chartreuse de Parme en 52 jours de novembre et décembre 1839 (Nos contemporains parleraient d'une véritable « performance »...). On prend conscience de la « perfection dans la complexité » de ce monde créé pour « Le Château » en moins de 9 mois de réaction enfiévrée (janvier à septembre 1922). Oeuvre de la maturité artistique. Imminence de l'issue fatale que l'on pressent dans sa chair ? Cquelque chose de pressant qui fait écrire « Tout »... avant que... Peu-être Kafka a-t-il reculé en septembre 1922, de savoir que le récit ne saurait se terminer que par la fin de K. (« mort d'épuisement » après une dernière journée à vivre au village) ?

Allons, meurt-on d'épuisement en quelques jours ? Nouvelle impression tenace d'un grand « Autre » : celui de l'Absurde... Trop vastes coulisses du Théâtre existentiel qui est « nôtre ».

Max Brod écrit dans la postface de la 1ère édition [1926] : « [Kafka] m'a expliqué une fois sur ma demande comment le roman devait se terminer. Le prétendu [sic] armateur obtient au moins satisfaction. Il ne se relâche pas dans son combat mais il meurt d'épuisement. Les gens de la commune se réunissent autour de son lit de mort, et c'est le moment où parvient la décision du Château : K. ne devait pas légitimement séjourner au village mais, au vu de certaines circonstances accessoires, on lui donnait le droit d'y vivre et d'y travailler. ».

Donc, « Présence tolérée » mais, comme on le voit, « Trop tard...  ». Condamné à vivre (mort) au Royaume des Limbes pour toujours.

%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

Ce roman fut rédigé de janvier à septembre 1922.

La première édition de ce roman vit le jour en 1926 à München, aux éditions Kurt Wolff Verlag.

La seconde édition parut à Berlin en 1935, dans le cadre des Oeuvres complètes publiées aux éd. Schocken Verlag sous la direction de Max Brod et Heinz Politzer. 

1938, triste année des « Accords de Münich » sera également l'année de cette première traduction française.

« Das Schloss » fut le second des trois romans inachevés de Franz Kafka à paraître en Allemagne puis à être traduit en français…

Il comprend 25 chapitres (dont le dernier inachevé).

Le texte du « Château » compte 315 pages (p. 493 à 808) dans cette édition de la Pléiade.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Felice_Bauer_with_Hat    wohryzek_julie_02    Milena_Jesensk_

Felice Bauer                  Julie Wohryzek                  Milena Jesenskà

*                                       *                                            *

 

(*) NOTE ADDITIONNELLE ou "DECRYPTAGES"...

 

On a pu facilement "décrypter" le portrait de Felice Bauer dans celui de "Fraülein Bürstner" du Procès (rédigé en 1914-1915) : "C'est une brave petite, bien gentille, bien aimable, bien convenable , et ponctuelle, et travailleuse." [chapitre I].

On évoque celui de Milena Jesenskà - avec lequel Franz Kafka eut des relations de 1920 à 1922 - au travers du personnage de Frieda, amoureuse de K. dans Le Château (1922). Frieda est servante à l'Auberge des Messieurs et amante de Klamm lorsqu'elle rencontre K. "Klamm" serait par voie de conséquence le portrait crypté d'Ernst Pollak, mari de Milena, devenant le "modèle bourgeois" (un peu décati) du Chef du 10ème bureau entrevu par l'orifice d'une porte...

Mais que dire, toujours dans Le Château, de "la famille de Barnabé" dont le père est cordonnier ? Le jeune Barnabé est pourvu de deux soeurs, Olga et Amalia. "La famille Barnabé" est à la fois réprouvée et touchée par une sorte de grâce venue du Château dont Barnabé est un des plus humbles "messagers"... 

Le Château n'est-il pas la demeure (souvent cachée par la brume) d'un "Jéhovah/Yahvé" aux desseins impénétrables ? Max Brod a comparé avec justesse Le Château à la Quête du Graal...

Pour ce qui concerne l'auteur de ces lignes, la quête d'informations fiables autour du mystère "Julie Wohryzek" (poursuivie en tant que futur auteur du récit Heiraten paru en 2015) semble du même ordre.

Pudeur de Franz et perte (définitive ?) de l'essentiel de la correspondance entre Julie et Franz (années 1919-1920). 

J'observe aujourd'hui combien le duo des soeurs Olga (l'aînée) et Amalia (la cadette) porte la trace de celui que formait visiblement deux des trois soeurs Wohryzek, Julie et "Käthe", même si physiquement Julie et Käthe W. semblent fort éloignées des soeurs jumelles du roman... 

Elles avaient un jeune frère : Wilhelm (dont nous ne savons pratiquement rien) qui pourrait "correspondre" à la place prise par le personnage sympathique de Barnabé "le messager". 

Le père Wohryzek a, lui, été décrit succesivement comme "cordonnier" [Cf. les biographies Kafka écrites par Klaus WAGENBACH et Gérard-Goorges LEMAIRE] puis comme "boucher Kasher" [Cf. Franz Kafka, der ewige Sohn de Peter-André ALT, 2005]... tout en ayant la charge de s'occuper du "gardiennage" de la plus grande Synagogue de Prague (dont le bâtiment - qui survécut au nazisme - fut détruit par le pouvoir soviétique dans l'après-guerre).... 

On note simplement que dans Le Château, le père de "Barnabé et ses soeurs" tient un rôle important dans la "brigade de pompiers"...

La figure solaire d'Olga, avec son "comportement joueur et enfantin" pourrait porter encore le souvenir - et sans doute le regret - de la relation puis des fiançailles rompues avec Julie Wohryzek en juillet 1920.

Or, souvenons-nous que Franz Kafka commence à correspondre avec Milena Jesenskà en avril 1920 et passe quatre jours entiers avec elle à Vienne fin juin-début juillet 1920... Et c'est en juillet 1920 qu'a lieu la fin de toute relation avec Julie Wohryzek.

La bravade teintée d'une certaine jalousie rétrospective de Frieda pour "la famille Barnabé" transparaît clairement au chapitre XIV, "Les reproches de Frieda" lorsqu'elle adresse à K. : "Mon amour pour toi m'a fait franchir tous les obstacles [dit-elle], c'est lui qui t'a sauvé de la famille Barnabé".

Mais tout roman n'est-il pas (même involontairement) "à clefs" ?

Posté par regardsfeeriques à 18:44 - Commentaires [4] - Permalien [#]
samedi 7 octobre 2017

"Göttingen" (ein deutsches Lied), Barbara, 1967

 

 

Gewiß, dort gibt es keine Seine
und auch den Wald nicht von Vincennes,
doch gäb's viel, was zu sagen bliebe
von Göttingen, von Göttingen

Paris besingt man immer wieder,
von Göttingen gibt's keine Lieder,
und dabei blüht auch dort die Liebe
in Göttingen, in Göttingen.

Mir scheint, wir sind weit schlecht're Kenner
in punkto "Frankreichs große Männer"
als Hermann, Helga, Fritz und Franz
in Göttingen.

Hier spielte auch ganz ohne Frage,
das Märchen uns'rer Kindertage:
"Es war einmal...", ja wo begann's?
in Göttingen.

Gewiß, dort gibt es keine Seine
und auch den Wald nicht von Vincennes,
doch sah ich nie so schöne Rosen
in Göttingen, in Göttingen

Das Morgengrau ist nicht das gleiche
wie bei Verlaine, das silbern-bleiche,
doch traurig stimmt es auch Franzosen
in Göttingen, in Göttingen

Kommt es mit Worten nicht mehr weiter,
dann weiß es, Lächeln ist gescheiter:
Es kann bei uns noch mehr erreichen,
das blonde Kind in Göttingen...

Was ich nun sage, das klingt freilich
für manche Leute unverzeihlich:
Die Kinder sind genau die gleichen
in Paris, wie in Göttingen.

Laßt diese Zeit nie wiederkehren
und nie mehr Haß die Welt zerstören:
Es wohnen Menschen, die ich liebe,
in Göttingen, in Göttingen

Doch sollten wieder Waffen sprechen,
es würde mir das Herz zerbrechen!
Wer weiß, was dann noch übrig bliebe
von Göttingen, von Göttingen.

Es blühen wunderschöne Rosen
in Göttingen, in Göttingen.
Doch sollten wieder Waffen sprechen,
es würde mir das Herz zerbrechen!
Wer weiß, was dann noch übrig bliebe
von Göttingen, von Göttingen.

************************

 

1964 musste Barbara in Göttingen auftreten.

Die Erinnerungen an den Krieg sind immer noch schmerzhaft und der Sänger geht rückwärts auf die Bühne.

Nach ihrer Vorstellung ist Barbara so verärgert, dass der Empfang der Öffentlichkeit warm ist.

Sie beschließt, Göttingen zu schreiben.

Posté par regardsfeeriques à 16:25 - Commentaires [10] - Permalien [#]

"Göttingen", Barbara, 1964

 


 

Bien sûr, ce n'est pas la Seine,

Ce n'est pas le bois de Vincennes,

Mais c'est bien joli tout de même,

A Göttingen, à Göttingen,

 

Pas de quai et pas de rengaines,

Qui se lamentent et qui se trainent,

Mais l'amour y fleurit quand même,

A Göttingen, à Göttingen,

 

Ils savent mieux que nous, je pense,

L'histoire de nos rois de France,

Hermann, Peter, Helga et Hans,

A Göttingen,

 

Et que personne ne s'offense,

Mais les contes de notre enfance,

"Il était une fois" commencent,

A Göttingen,

 

Bien sûr nous, nous avons la Seine,

Et puis notre bois de Vincennes,

Mais, Dieu, que les roses sont belles,

A Göttingen, à Göttingen,

 

Nous, nous avons nos matins blêmes,

Et l'âme grise de Verlaine,

Eux, c'est la mélancolie même,

A Göttingen, à Göttingen,

 

Quand ils ne savent rien nous dire,

Ils restent là à, nous sourire,

Mais nous les comprenons quand même,

Les enfants blonds de Göttingen,

 

Et tant pis pour ceux qui s'étonnent,

Et que les autres me pardonnent,

Mais les enfants ce sont les mêmes,

A Paris ou à Göttingen,

 

Ô faites que jamais ne revienne,

Le temps du sang et de la haine,

Car il y a des gens que j'aime,

A Göttingen, à Göttingen,

 

Et lorsque sonnerait l'alarme,

S'il fallait reprendre les armes,

Mon coeur verserait une larme,

Pour Göttingen, pour Göttingen ...

 

(paroles et musique : Barbara, 1964) 

 

*********************************

 

En 1964, Barbara doit se produire à Göttingen, en Allemagne.

Les souvenirs de la guerre sont encore douloureux et la chanteuse monte sur scène à reculons.

Après sa prestation, Barbara est bouleversée tant l'accueil du public est chaleureux.

Elle décide donc d'écrire Göttingen.

Posté par regardsfeeriques à 16:03 - Commentaires [2] - Permalien [#]
jeudi 8 juin 2017

............ L'art merveilleux de Barbara Delaplace ............ bientôt EN VRAI à L'Isle-Adam !

19025088_1541713075839394_4162966215405067623_o

2017_il_y_avait_un_jardin_60x60_cm

Il y avait un jardin

60 x 60 cm, 2017

*

2017_naissance_46_x_55_cm_1

Naissance

46 x 55 cm, 2017

*

C'est si étrange de retrouver toutes les beautés de ta "Naissance"... ce regard presque transparent... à la fois la naissance d'un petit être en devenir et la naissance d'un regard bleu translucide qui transformerait notre (pas si pauvre) monde en un Jardin d'Eden "bienheureux et bienveillant" qui aurait existé de tout temps... [...] Ton monde survivra à bien des mondes et je sais qu'il grandira et s'embellira encore... Les rêves de couleurs, la douceur, la féminité, l'enfance comme nostalgie de tous les moments... Entre les rêveries de Renoir et les songes de Hopper est née Barbara Delaplace ... et son art aux flous somptueux et quasi-éclairs de merveilleuses nettetés n'a pas fini de nous ravir l'âme... L'âme des artistes est ainsi : hypersensible et "féminine", et tel un rosier, elle a besoin d'une bonne terre et d'un jardin soigneusement entretenu... Tu entretiens si bien ton Jardin et le fais vivre, mon amie !!! Le Parc silencieux s'étend sans fin, à partir du coeur du Jardin parfumé... Bravo et bises à notre artiste-soeur !

(D.)

Posté par regardsfeeriques à 21:29 - Commentaires [9] - Permalien [#]
mardi 4 avril 2017

Un regard, une âme, une peinture (future)...

P1060921_002

P1060919_002

Une âme

(Dourvac'h - esquisse crayons de couleurs/papier, 2017)

*

Là où quelque chose - quelqu'un ? - en nous s'interroge sans cesse :

"D'où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ?"

Paul_Gauguin_142_001

Titre de cette fameuse - merveilleuse - toile existentialiste panoramique 

(3,74 x 1,39 m)

que créa Paul Gauguin entre 1897 et 1898 à Tahiti...

*

Ramon_Casas_i_Carb___1866_1932____Retrato_de_la_familia_S_nchez_de_Larragoiti__1912

Ramon Casas i Carbó

(1866-1932) 

Retrato de la familia Sánchez de Larragoiti (1912)

huile sur toile (0,80 x 0,64 m)

*

800px_John_Singer_Sargent_001

John Singer Sargent

(1856-1925)

Les Filles d'Edward Darley Boit (1882)

huile sur toile (2,225 x 2,225 m), Paris

*

"Rapprochement d'univers picturaux" effectué par notre amie peintre

Barbara Delaplace :

un immense merci à elle !

Posté par regardsfeeriques à 18:58 - Commentaires [7] - Permalien [#]
samedi 4 mars 2017

Genèse d'un regard

P1060919_001

P1060921_001

(esquisse aux crayons de couleurs, février 2017)

Posté par regardsfeeriques à 09:31 - Commentaires [12] - Permalien [#]
samedi 21 janvier 2017

******************* " Qu'est-ce que l'art ? (1) " **************** LES CHEVAUX DE FEU

Peut-être et tout d'abord, un film parfaitement méconnu...

artoff2155

f794_7

les_chevaux_de_feu

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov2

Les Chevaux de Feu 

ou

 Les ombres des ancêtres oubliés

(Тени забытых предков)

de Sergueï PARADJANOV

[1965]

che003

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov12

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov13

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov14

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov15

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov6

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov7

f794_4

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov8

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov9

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov20

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov11

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov10

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov21

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov22

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov23

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov24

f794_2

PHOc5a1cfd6_8d75_11e3_aba6_62e91844881f_805x453

f794_1

f794_3

f794_5

f794_6

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov18

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov17

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov19

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov16

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov25

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov4

critique_les_chevaux_de_feu_paradjanov5

"Ce film est un drame poétique relatant l'histoire d'amour d' Ivan et Marichka, inspiré des légendes populaires des Carpates". 

En portant son déjeuner à son frère Olekso, Ivan est involontairement responsable de sa mort. En voulant le protéger d'un arbre qu'il abat, Olekso le reçoit sur le thorax. Ivan s'enfuit dans la neige.

"Les Carpates, pays des Goutsouls, terre oubliée de dieux". Olekso est enterré. Un dimanche, Ivan et ses parents sont à l'église. Devant un tableau du diable devant Jésus, Ivan interroge son père. "Dans l'église, il n'y a ni diable ni Satan" lui répond celui-ci, puis désignant le riche Onoufri Goutenuk : "Satan vit parmi les hommes : il donne de l'argent à Dieu mais fait souffrir les pauvres". Tout le monde rit de cette méchante remarque. Onoufri traite Petrik de mendiant. Celui-ci le poursuit alors mais Onoufri sort sa hache et tue Petrik. Le sang envahi l'écran ainsi que l'ombre de chevaux rouges en plein galop. Ivan se précipite vers la jeune Maritchka, et l'entraine vers la riviere en lui volant son écharpe mais les deux enfants se réconcilient.

"La rencontre avec une fille permit à Ivan d'oublier la mort de son père". Ivan et Marichka. C'est le printemps. Enfants, Ivan et Marichka jouent dans les prés et se retrouvent seuls le soir autour d'un feu. Devenus adultes les deux amants projettent de se marier en dépit de l'antagonisme de leurs familles. Présentement, Ivan, au grand désespoir et à la honte de sa mère, doit aller travailler comme valet dans les alpages. Il demande à Marichka de l'attendre pendant l'hiver. Cherchant à le rejoindre dans les montagnes et voulant sauver un mouton, Marichka fait une chute mortelle dans un torrent. Ivan devient très solitaire, maigrit et vieillit à vue d'œil.

Palagna, une femme pleine de désir pour lui, l'amène au mariage. Les vieilles femmes lavent Ivan pour la cérémonie au terme de laquelle les époux sont laissés seuls, attachés l'un à l'autre par un joug, les yeux couverts d'un bandeau. Durant Noël et ses fêtes, Ivan se lamante que Palagna ne lui ait encore pas donné d'enfant. Nue dans la campagne elle invoque les saints pour obtenir une descendance. Une espèce de sorcier maîtrise une tempête ravageant la région. Il remarque Palagna et la prend. Dans une taverne, Ivan et le sorcier se battent sauvagement. Ayant trouvé son maître, le sorcier envoûte Ivan qui erre halluciné dans les montagnes. Le fantôme de Marichka l'entraîne dans la mort. Les mêmes vielles femmes qui avaient lavé le futur marié lavent maintenant son cadavre. Comme le veut la coutume, on s'agite autour du cercueil, lui-même agité d'un mouvement trépidant.

 Adapté de la nouvelle Les Ombres des ancêtres oubliés, Les chevaux de feu est un conte situé dans les Carpates orientales sur la tragédie d’un amour impossible entre Ivan et Maritchka, dont les familles se détestent. L'action est divisée en chapitres intitulés : Ivan et Marichka ; les Alpages ; Solitude ; Ivan et Palagna ; Les masques de Noël ; C'est demain le printemps ; Le sorcier ; Envoûtement et mort d'Ivan.
L'appel antique et passionné des cors résonne tragiquement sur une foire pleine de vie et de couleurs éclatantes. Des coups du sort, la foire de la vie sépare les amants. Marichka disparait tragiquement l'étoile de l'amour lointain se rallume et la nature reprend ses droits. Des froids rivages de la mort, Miriska Marichka. Son appel devient plus fort que celui de la nouvelle femme. celle-cie veut engendrer la vie et appelle les forces de la sorcellerie.

Paradjanov décrit des rites, des couleurs, des traditions médiévales, la force brute des éléments. Pour répondre à son ambition, un film doit être comme un objet artisanal, aux facettes multiples, reflétant le folklore, les coutumes, les rites quotidiens, l'inconscient et le conscient d'un peuple : ici les Goutzouls des Carpates. Souvent, la caméra court dans tous les sens comme si le temps pressait et aller manquer pour mener à bien cette quête à la fois poétique et ethnologique. La fantasmagorie ciselée en esthète par Paradjanov est d'une beauté étrange et précieuse, due en partie à son authenticité plastique aussi bien que musicale.

[texte de l'article : site du Ciné-Club de CAEN]

*

"Plus beau film qui existe !", écrivait un copain à la fac...

*

Voir aussi 2 superbes critiques du film

(a) sur le site de critiques DVDClassik :

Les Chevaux de feu

par Olivier Bitoun (9 avril 2013)

(b) sur le site Critikat :

Les Chevaux de feu - BAROQUISME ET SURREALISME UKRAINIEN 

par Bélinda Saligot (6 janvier 2015)

*

On peut facilement trouver le film en DVD chez l'éditeur Films sans Frontières

ou, en coffret, chez l'éditeur Montparnasse. Avril 2013. Coffret 4 DVD. 30 €

DVD 1 : Les chevaux de feu

DVD 2 : Sayat Nova

DVD 3 : La Légende de la forteresse de Souram

DVD 4 : Achik Kérib, conte d’un poète amoureux

Posté par regardsfeeriques à 20:58 - Commentaires [3] - Permalien [#]
samedi 7 janvier 2017

POUR une belle année (enfin) optimiste !

P1060642

Euh, dites... siouplaît, vous me réveillerez bien, hein ?

Que quand les gens souris, euh...

... à nouveau souriron(-ron)t ?

Posté par regardsfeeriques à 11:17 - Commentaires [3] - Permalien [#]
lundi 12 septembre 2016

**** "Heiraten (Noces)" en douze critiques illustrées **** extraites du site "Babelio"(sept. 2015 à sept. 2016)

P1050227
 
(12°) Critique de Fleitour - parue le 6 septembre 2016 [*] :
 
 
Heiraten (Noces, ou au sens strict : "S'unir avec" en langue allemande) est le récit bouleversant des rencontres amoureuses de Kafka avec deux jeunes filles dont Julie W., nouées avec ce brin d'espoir : « La mort attendra bien encore un moment. » [page 44]
Le texte est un pur cristal, comme un verre dans la lumière floue du matin, comme le cristal de Roederer, fragile bouquet de parfums, de sentiments indicibles, un moindre faux pas et tout se brise, pour ces âmes clouées à un corps trop frêle. 
" Nul ne lira ce que j'écris ici; nul ne viendra m'aider" : Max Brod n'a pas détruit l'oeuvre de Kafka, et les documents sont restés intacts même les plus secrets.
Et nous lisons ce qu'il a écrit, malade de la tuberculose, comme Julie W., comme Gerti W.
Dourvac'h a restitué dans Heiraten,tous les éléments de ces rencontres, des photos, des lettres, notamment de Kafka, jusqu'à émailler son texte de paroles en allemand ou en yiddish, apportant une étrangeté comme une sorte de grâce, entourant le son de leurs voix.
Texte d'un romantisme absolu, les mots sont fragiles, ils portent une ferveur amoureuse et une menace douloureuse, "T'écouter c'est entendre la plainte de chacun des arbres, endurer leurs plus humbles tracas." 
Plus on avance dans le texte plus la sincérité et la puissance de leur amour paraît éclatante et inébranlable, "toi que j'aime jusque dans ta beauté tragique."
Tout bascule, "car fuir, est impossible", "Viendra l'hiver je le sais bien. "
"Je lui tiens la main le silence nous sépare, tu comprends,"dit Kafka à Julie, et plus loin encore, "Nous ne pouvons nous marier puisque père t'a déjà insultée", et  viendra la peur , "Nous ne pouvons nous marier puisque j'ai peur de mourir, et parce que tu devrais mourir à ton tour !", - Et alors ? dit Julie. 
Dans ce récit, l'extrême sensibilité de Kafka est traduite d'une façon lumineuse, loin des clichés souvent exprimés par de bons érudits, pas mécontents de mettre sur le dos de Kafka, la seule partie noire de son oeuvre. 
Ce n'est pas une fiction imaginée par un fougueux romantique breton. Les dialogues sont en harmonie avec les écrits de Kafka, la mélancolie qui étreint Julie et Kafka, dans la recherche d'une issue, se heurte à leur maladie, à leur fragilité. L'aventure avec Gerti W. est une diversion de plus, car « [il] ne sai[t] pas parler du bonheur ».
Désespéré, il en appelle à la mort : « La maladie se débarrassera de moi. Tout devra disparaître. Max comprendra bien ça."
C'est bien Kafka lui même qui va dans sa solitude, perdre sa fiancée, éprouver une dernière fois, l'amour impossible et la mort prévisible. Morts tragiques que connaîtront 20 ans plus tard Julie et les trois soeurs de Franz dans les camps Nazis.
Que les lecteurs de Kafka se bousculent pour éprouver ce très beau texte, d'une poésie et d'une pudeur farouche : « Je n'ai plus froid... et tu es là, ça me suffit. Berce-moi. »
*

P1050360

(11°) Critique de Mahema - parue le 2 septembre 2016 [*] :

 

J'ai beaucoup aimé la subtilité et la délicatesse de cette écriture poétique qui porte avec force la relation des personnages entre eux : Kafka et Julie, Kafka et Gerti. Je me suis laissée porter par cette lecture, j'ai lu sans m'arrêter une fois et j'ai goûté le rythme et le regard du narrateur vers l'intérieur pointé d'ironie, de conscience et de sensibilité et ainsi vers le monde extérieur, à l'autre. Puis j'ai relu au hasard et j'ai goûté cette belle écriture. 

*

[ ... et ci-après, les 10 premières critiques parues : ]

Julie_Wohryzek___portrait

Julie Wohryzek - autour de 1918

*

(1°) Critique de LydiaB - parue le 26 septembre 2015 [*] :

 

Je viens tout juste de refermer ce livre et j'en reste sans voix. J'avais déjà été charmée par Grand Large, roman sur les affres de la vie dans lequel l'auteur arrivait comme par magie à insérer une prose poétique de toute beauté... Mais là, nous sommes dans une autre dimension. 

Si je vous dis "Kafka", vous me répondez La Métamorphose, Le Procès ou Le Château. Mais Dourvac'h, lui, vous dira instantanément : "Julie". Julie ? Une des oeuvres inconnues de Kafka ? On pourrait presque le voir ainsi. Mais il s'agit en réalité de Julie Wohryzek, une de ses fiancées. Vous l'aurez compris, nous avons là un texte nous relatant la relation entre les deux amoureux ; une relation sur fond de tuberculose puisque la rencontre des tourtereaux s'est faite dans une "pension climatique". 

En s'immisçant ainsi dans les pensées de l'écrivain, l'auteur met en relief tout ce qui le rongeait : la maladie tout d'abord, sa première maîtresse, l'amour passionné pour Julie et... l'amour pour les femmes. Nous faisons face à un être torturé. Qu'en aurait-il été si le mal qui phagocytait ses poumons n'avait pas été là ? Si les parents de Julie avaient bien voulu de ce mariage ? Si Milena n'était pas venue le détourner de son chemin ? Autant de questions qui restent en suspens...

Je persiste et je signe, l'écriture de Dourvac'h est magnifique, travaillée, d'une richesse confinant au sublime. Il y aura désormais, lorsque je lirai du Kafka, cet écrit magistral en filigrane... Un "avant" et un "après" Heiraten

Chapeau bas à cet écrivain qui joue dans la cour des grands ainsi qu'à son éditeur, Michel Chevalier, des Editions Stellamaris, pour avoir eu le courage de publier un livre loin de toutes les sirènes commerciales. Et j'ajoute que celui-ci rend d'autant plus hommage à cette pépite littéraire qu'il est richement illustré sur papier glacé. 

*

P1050333

Pension_Olga_St_dl__Schelesen

La pension d'Olga Stüdl à Schelesen (Bohême) autour de 1918

*

(2°) Critique de nadejda - parue le 3 octobre 2015 [*] :

 

Poussez la grille de la pension d’Olga Stüdl à Schelesen où Kafka « le choucas » et Julie « la grive musicienne » vont se retrouver loin de Prague. Vous ne le regretterez pas. 
Cela commence ainsi :  

« Poussant la lourde grille de la pension : comme j’aime son joli grincement ! Un chant dans la neige.
Si près des yeux, sa double rangée de flèches.
Ecailles de métal peint sous la pulpe des doigts — rouille émeraude qu’on aime caresser longtemps comme le dos d’un lézard immobile.
Est-elle déjà là ?
Pas un mouvement aux rideaux.

Pas encore rentrée… »

et se poursuit tout en délicatesse, 

« Visage fragment de lune dont j’admirais le profil.

Cou fléchi de jeune cygne malade. »,

tout en effleurements poétiques pour approcher « l’éternel fiancé » et Julie femme enfant, fantasque, joueuse, mutine qui va lui offrir son rire auquel le sien fera un temps écho pour tenter de couvrir le monde angoissant qui est le sien.
Mais il faudra revenir à Prague où règne le père … Prague, où Milena va faire son apparition. 

« Si je pouvais - pas après pas - rejoindre ton bonheur de vivre… l’approcher pour m’installer à son côté sans l’effaroucher. Sans laisser deviner combien il me réchauffe… L’ombre des pères glisserait alors loin de nous deux. Lentement s’éloignerait dans les ruelles. L’ombre des ruelles ne tient-elle pas de cette ombre-là ? Elle nous laisserait enfin. Nous irions bras dessus, bras dessous. Nous gagnerons le soleil, la place un instant illuminée. Feux de bengale au crépuscule, qu’un forain laisse échapper de sa main » [p. 66]

Et revient aussi le souvenir d’une autre petite fiancée, papillon éphémère qui lui aura, elle aussi, servi à soutenir et faire renaître sa fièvre créatrice.
Gerti à Riva :

« Maintenant assise face à moi, son petit chapeau posé un peu de travers - en se donnant des airs graves. J’ai bien envie de rire mais son regard obstiné d’enfant me fait me reprendre. Je redresse mon menton qui s’appuyait sur un faux col immaculé pour la regarder au fond de l’âme.
Une enfant si confiante, profonde, à l’imaginaire si vaste. » [p. 104]

Ce petit livre jalonné de photos anciennes au charme suranné donne vie à des êtres que l’on pourrait croire sorti d’un album familial et ainsi nous les rend très proches. Et leur belle évocation poétique où s’intègrent des extraits de la correspondance de Kafka et de son journal vient renforcer cette impression de partager leurs rêves, leurs angoisses et leur intimité.

*

P1050232

wasner_300

Gerti Wasner, autour de 1913

*

(3°) Critique de Barbara Delaplace - parue le 12 octobre 2015 [*] :

 

Pourquoi j'aime autant Heiraten ? Pour sa musique nostalgique et amère, pour la poésie de ses phrases qui surnagent longtemps après "Je ne sais pas parler du bonheur", Des phrases qui comme dans Grand Large : "Regarder la mer empêche de mourir" restent gravées dans ma mémoire.

Heiraten, au delà de l'histoire triste d'un amour de Franz K., est une longue poésie qui nous transporte ailleurs (dans le temps et dans l'espace) en décrivant avec une sensibilité incroyable les peurs et les sentiments du narrateur. En tant que peintre, j'admire aussi beaucoup ses qualités d'évocation . Chaque scène pourrait donner lieu à un tableau. 

Bref, un roman à lire mais aussi à garder dans sa bibliothèque pour relire une page au hasard de temps en temps, pour en savourer la musique et redécouvrir la dentelle de ses phrases parfaitement ciselées .

Un grand livre, un nouvel aspect du talent de Dourvac'h.

*

P1050326

franz_kafka_1910

Franz Kafka - autour de 1910

*

(4°) Critique de Christiana Moreau - parue le 22 octobre 2015 [*] :

 

Je viens de lire ce roman très agréable par sa jolie couverture glacée, sa mise en page "respirante" et je ne l'ai pas lâché jusqu'à la dernière page.

Cela m'a beaucoup plu. le charme opérait. Il est léger comme un flocon de neige et en même temps glaçant; la promesse du malheur perçant sous les rires et les promenades, comme si cette insouciance ne servait qu'à recouvrir d'une fine couche de neige le noir caché en-dessous... cette façon de parler de choses graves d'une façon délicate, ce style romanesque, aérien, imagé emporte le lecteur dans l'intimité des personnages de Kafka et Julie, comme un temps figé dans le froid et les décors sublîmes ou inquiétants.
Le malaise de Franz et de Julie était le mien.
Il suffisait de presque rien... mais le sort n'a pas voulu... le poids de l'histoire, des traditions...

C'est très poétique et joliment écrit, comme un tableau impressionniste, par petites touches juxtaposées.
Cerise sur le gâteau, les photos qui illustrent les endroits dont parle le roman, ne font que renforcer l'ambiance de l'histoire. J'ignorais qu'il existât des endroits aussi étranges que ces rochers sculptés de figures monstrueuses...

Un livre que je recommande chaleureusement !

*

P1050344

Vinohradska_synagoga__cropped_

La synagogue de Vinohrady à Prague, où travaillait le père de Julie Wohryzek

(elle fut détruite par les autorités municipales - communistes - dans l'après-guerre)

*

(5°) Critique de Patrickdlm - parue le 27 novembre 2015 [*] :

 

J'ai lu Heiraten il y a quelques jours. Je m'étais promis de vous faire part de mon sentiment. Aujourd'hui, la pluie tombe, c'est le bon jour.
Je suis heureux de posséder ce livre. Par les originalités de son propos et de sa mise en page, par l'évocation d'une époque et d'une rencontre amoureuse, et par son côté didactique (la brève biographie des protagonistes), c'est un livre inclassable. Donc une réussite !
Je retrouve là ce que j'avais déjà apprécié dans Grand Large, et qui est très éloigné de ma propre écriture : votre art de l'élision.
Cela relève de la poésie, bien sûr, en témoigne le tout premier paragraphe, pour moi un très joli poème. Et tant d'autres passages …
Merci pour ce long poème d'amour sur fond absolument pas kafkaïen. Franz K. est un jeune homme normal, sauf qu'il est juif, pauvre et tuberculeux. Il fréquente les sanatoriums.
Ça me rappelle mon enfance, où la tuberculose était soignée dans ces établissements hospitaliers, disparus depuis et où quelques camarades étaient soignés.
C'est que vous êtes tombé amoureux de Julie W. Ça saute aux yeux ! Félicitations ! Elle est très belle.
C'est bien de l'avoir fait revivre, cette jeune fille fort sage au destin tragique, comme celui, hélas, de toutes les familles juives de Tchécoslovaquie.
Les photos sont fort instructives également. Julie semble avoir 16 ans sur la couverture.
Je feuillette et re-feuillette ces pages ; une espèce de nostalgie s'empare de moi, une douce torpeur ; sans doute due au regret de les avoir quittées si tôt.
Il me faudra y revenir, ne pas hésiter à me plonger au hasard des pages, relire quelques phrases, détailler une photographie, lire une biographie.

*

P1050218

121_klacelka_1898_3

"Klacelka" : oeuvre sculptée dans le grès par Vaclav Levy 

(forêt de Libechov/Liboch près Zelizy/Schelesen, Bohême)

*

(6°) Critique de bobsinclar69 (alias Jerry Ox) - parue le 2 mars 2016 [*] :

 

Heiraten est un roman que je recommande vivement. le style ciselé et l'immersion en plein coeur (en plein poumon) de cette pension climatique où se joueront la rencontre et l'amour entre Julie et Franz est bougrement prenante, parfois un peu oppressante, mais c'est sans doute l'effet recherché. Heiraten peut, par instant, dérouter mais ce roman nous captive de bout en bout et l'on s'attache aux personnages et l'on se surprend à souffrir avec eux. Il est important de signaler aux futures lectrices et futurs lecteurs que les mots sont fort judicieusement choisis et que l'on sent un véritable amour pour le langage, la narration et la construction d'une intrigue chez cet auteur de qualité. Dourvac'h qui nous avait beaucoup séduit avec Grand Large récidive ici avec un roman plus introspectif et c'est une belle réussite.

*

P1050370

008_kokorin_1914_3

"Hrad Kokorin" : Château de Kokorin - près Libechov/Liboch, Bohême

*

(7°) Critique de paul0914 - parue le 31 mars 2016 [*] :

 

Au départ, un sentiment d'immobilisme. 

Voici Franz Kafka, un homme énigmatique et intriguant qui se « terre » dans une pension au coeur d'une forêt enneigée. 
Que cherche-t-il ? Fuit-il ses démons dans un endroit reclus ? Cherche-t-il simplement du calme dans un endroit isolé ? Quoiqu'il en soit le décor, aussi mystérieux soit-il, est posé et ne cessera d'évoluer au fil de la lecture. 
En effet, nous partons alors à la découverte de cet homme paradoxalement antipathique mais attachant et la lecture se transforme peu à peu en ballade, un peu à l'image de cette promenade nocturne au coeur de la forêt enneigée. Comme les promeneurs, nous sommes happés par quelque chose, d'étrange mais magnifique qui nous pousse à la continuer (la lecture/la ballade) alors même que nous sommes cernés par le froid et la nuit de la personnalité de Kafka (une personne attachante par sa complexité finalement). 
Pourtant, la pénombre de l'âme de Kafka se voit être sublimée par la spontanéité et la beauté de l'âme des femmes qu'il rencontre et notamment cette Julie, dont la relation avec Franz Kafka est pour le moins peu banale, parfois incompréhensible (relation amoureuse ? relation amicale ? jeux d'enfants ?), mais toujours avec une sincérité touchante.
Tels les personnages au coin du feu, nous sommes finalement comblés, réchauffés par la puissance de cette relation pourtant étrange. 
Finalement, il ne faut pas chercher à comprendre mais simplement à se laisser porter par les flux sentimentaux des personnages si bien dépeints par Dourvac'h. 
Il faut simplement vivre cette histoire d'amour/amitié entre le froid de l'hiver et la chaleur de l'âme des personnages, l'agitation des rues de Prague et le calme de la pension, le mystère des légendes locales et la sincérité des sentiments. 
Le tableau est posé, le tableau est vivant, Dieu que c'est bon !
Merci, Dourvac'h, pour cette ballade poétique, magnifique et sincère.

*

P1050254

Julie_Wohryzek

Julie Wohryzek après son mariage, années 1920

*

(8°) Critique de michfred - parue le 4 avril 2016

 

Entre le poème-conversation et le poème tout court, entre la neige et le lac, entre Julie et Gerti, entre les rochers des Diables et le balcon des anges, voici Heiraten...
Les "Noces" du récit et de la poésie.
Je n'ai pas "aimé" bêtement ma lecture : j'ai été envoûtée, bercée, magnétisée par le chant de Dourvac'h. 
Oui, le chant : une pincée de tchèque, un fidl de yiddish, ein bischen d'allemand et surtout sa langue à lui, toute de suggestions, de langueur maladive et de douceur... Subtile et triste, cultivée et enfantine, pleine de fêlures et de rires cristallins, pleines de larmes et de sourde angoisse. 
L'histoire est simplissime.
Franz Kafka rencontre Julie, dans une pension sous la neige, près d'une grande forêt où un sculpteur un peu fou a sculpté de géantes têtes de démons. Tous deux sont jeunes, tous deux sont phtisiques, tous deux sont juifs. Mais elle est gaie et toute naïve, lui est sombre et comme hanté par la mort à l'oeuvre dans son faible corps, par l'ombre terrible du père, par ses livres qui le dévorent comme une fièvre. 
Elle veut l'épouser: elle a déjà perdu un premier fiancé à la guerre. Elle veut un anneau. Il le lui achète mais bientôt par faiblesse, par lâcheté, par fatigue, il cède à l'interdiction menaçante de son père, - ou est-ce à la peur de la mort et de l'amour charnel ? à la rencontre avec Milena, l'âme-soeur? 
Pour la consoler, la distraire, il lui conte l'histoire d'un autre de ses amours perdus : Gerti, rencontrée au sanatorium.
Franz et Julie ne s'épouseront jamais. L'anneau de Julie n'aura jamais son pendant sur la main décharnée de Franz...
C'est tout. 
Mais c'est ne rien dire du charme intense de ce petit livre ciselé, musical, amoureusement construit, illustré, présenté.
J'avais lu et aimé déjà Grand Large : plus breton, plus romanesque, plus narratif -mais déjà plein de poésie et très impressionniste dans ses couleurs et sa palette...
Dourvac'h joue ici d'autres gammes : on pense à Caspar David Friedrich, à Adolphe, aux grands mythes du romantisme allemand, la Lorelei, le Roi des Aulnes, Leonore, et aux mythes juifs et tchèques  ces rochers diaboliques sont les Golems de la forêt mais surtout son livre est ancré dans l'histoire d'un auteur qui est devenu comme son frère.
Il est Franz, il marche avec Julie dans la neige, il tient sa main et se désole de ne pas l'aimer assez, de ne pas l'aimer mieux, elle qui est si gaie, si tendre...
En lisant Heiraten j'avais mille images dans les yeux, et la musique klezmer berçait mon coeur de ses violons tour à tour frétillants et déchirants.
On doit relire Heiraten, presque tout de suite : c'est trop court, trop parfait;
On a l'impression d'avoir rêvé...

*

85855721_p

Greti_Wasner_1_500

Gerti Wasner enfant

*

(9°) Critique de SylvieDeSaintPhalle - parue le 9 mai 2016 [*] : 

 

Le livre Heiraten est une petite fleur rouge dans le panorama littéraire français, très en dehors des logiques éditoriales si "commerciales"... Ce récit, s'abreuvant à de nombreuses sources littéraires et épistolaires, narre avec un style très esthétique l'histoire d'amour et les sentiments les plus profonds entre Franz (Kafka) et Julie (Wohryzek), la jeune fille qu'il rencontra dans la neige de Bohême en janvier 1919. Mais le livre n'est pas seulement le récit d'un amour, c'est un travail très profond et méticuleux de recherche dans l'existence du futur "grand écrivain" Kafka, comprenant les témoignages de ses proches, des extraits de son journal et de sa correspondance - avec de nombreuses photographies des protagonistes, des reproductions de cartes postales anciennes ou gravures des lieux qu'ils ont "hanté"... le lecteur arrive dans l'histoire comme ferait une petite « Alice au pays des merveilles » découvrant peu à peu un monde étrange : celui des sentiments les plus intimes de ces "grandes personnes"... C'est un roman délicat, fortement original tant dans son style que dans sa façon de décrire l'expérience émotionnelle des personnages. Un petit cadeau pour âmes sensibles !

*

P1020522

AKG372019

Prague, années 1910

*

(10°) Critique de ClaireG - parue le 13 juillet 2016 [*]

 

Sanatorium de Riva (Tyrol) – 1913
Gerti et Franz. Kafka, 30 ans, rencontre la toute jeune Gerti, die Schweizerin, qui restera sa douce nostalgie, son idéal féminin. Elle adore les contes illustrés. Il ne lui dessine pas un mouton mais un chevalier, une princesse, un vieil elfe. Sa trace légère s'est perdue dans les limbes.

"Pension climatique" de Schelesen (Bohême) – 1918
Julie et Franz. Kafka, 35 ans, rencontre la jolie Julie. Ils se promènent, se plaisent, roucoulent, se fiancent, rompent, se revoient, se quittent. Elle est gaie et fougueuse, elle adore les musiciens de Prague. Il est sombre et pensif, l'écriture le torture, il souffre de l'autorité intraitable de son père qui refuse le mariage. 
Milena J. pourrait-elle être la cause de cette rupture définitive ?
Franz Kafka  laissé une nombreuse correspondance et ses manuscrits à son ami, Max Brod, avec mission répétée de tout détruire. L'ami n'obéit pas sans quoi nous n'aurions jamais connu Le Procès, Le ChâteauLa colonie pénitentiaire, etc.
Heiraten (Noces) raconte de manière poétique, avec finesse et sensibilité, ces deux rencontres amoureuses. Alliant les dialogues imaginaires aux extraits de correspondance ou du Journal de Kafka, l'auteur nous entraîne sur les bords du lac de Garde, devant les énormes rochers sculptés de Vaclav Levy dans la forêt pragoise et dans les rues animées de la capitale tchèque. L'alternance de l'allemand, du tchèque et du yiddish donne un rythme très réaliste à ces amours sincères mais entravées.
Le bonheur est toujours de courte durée mais comme l'écrit Kafka : « Je ne sais pas parler du bonheur. N'est-il pas temps que j'apprenne ? »
Il a beaucoup appris mais sa nature fragile eut raison de son désir à 40 ans.
Les photos sépia de ces belles dames, de Prague et de sa pension sous la neige, invitent à feuilleter ce joli livre et à en découvrir tous les petits trésors de ces vagues amoureuses comme on s'attarde avec nostalgie sur un album de jeunesse. Une courte biographie de chaque personnage complète ce tableau gracieux en demi-teintes.

*

[*] ... et une source unique, pour ces 12 critiques :

LE site communautaire de lecteurs 

Babelio

... sur lequel on peut rejoindre directement notre page Heiraten

en cliquant simplement sur le lien ci-dessus !

*

Heiraten_page_I_de_couverture

 Heiraten_page_IV_de_couverture

 ... né le 18 septembre 2015...

... ce, après quatre années d'efforts (recherches, écriture & ré-écritures successives) ...

... et une publication (courageuse) aux Editions Stellamaris à Brest.

ICI UN LIEN POUR SE LE PROCURER FACILEMENT et

EN VISUALISER QUELQUES PAGES

*

Couverture brillante, papier épais [mat couché, 115 g].

Format type "Grand Large" : 21 x 14,5 x 1,05 cm

Prix de vente public = 15 euros

(quel que soit votre mode de commande)

*

L'ouvrage peut se commander :

- SOIT directement

chez votre libraire

(en vous aidant éventuellement du ISBN de l'ouvrage : 978-2-36868-212-8)

- SOIT auprès du site des

Editions Stellamaris

*

Il s'agit d'un récit "illustré" de reproductions de quelques photographies (ou gravures) noir-et-blanc :

traces visuelles des principaux protagonistes et des lieux qu'ils ont hantés...

*

Exprimons ici toute notre gratitude à...

Barbara Delaplace, Maïté Paris et Jean-Louis Pierre

pour leurs patientes relectures et propositions d'infléchissements,

... ainsi qu'à Christiana Moreau

pour son conseil similaire et son ultime & précieux "avis chromatique"...

*

Jewish_musicians_Prague

On peut d'ores et déjà retrouver l'espace du livre, aux côtés de ceux de

Grand Large, L'été et les ombres,

Plantes médicinales de Kabylie et Souvenirs d'Algérie Heureuse

sur notre site communautaire de lecteurs

Babelio

*

P1010046___Copie__2_

" Ô heure merveilleuse, sérénité parfaite, jardin sauvage. 

Tu tournes le coin de la maison et dans l’allée, 

la déesse du bonheur se hâte à ta rencontre. " 

(Franz K., Journal, 15 septembre 1917)

 

Les grands peupliers bruissent à nouveau au-dessus de nous.
Dans l’un de ces coins égarés du grand parc de Prague, une couverture de laine dépliée sous elle, Julie est étendue en robe claire dans l’ombre bleue-verte des arbres.
Ces grands peupliers dans le vent qui vient ; leur long murmure de rivière.

Je dépose un baiser sur le front de l’infante endormie.

 

[Dourvac'h, Heiraten (Noces), éd. Stellamaris (2015), chap. XIII : "CHEVAUX DE ZÜRAU", p. 72-73]

*

 

Sources des photographies :

Fonds Klaus Wagenbach pour les photographies N. & B. des principaux protagonistes de Heiraten (Julie Wohryzek, Pension Stüdl, Gerti Wasner & Franz Kafka)

Cercles cartophiles en République Tchèque, pour les reproductions de cartes postales du début du siècle (vues de la synagogue de Vinohrady, château de Kokorin, Klacelka

Dourvac'h pour les douze photographies couleurs suivantes :

(1), (2) : Forêt au pied du Mont Fourcat, Ariège, 8 novembre 2015

(3) ,(4), (5), (6), (7), (8), (9) : Monts du Pays d'Olmes, Ariège, 8 novembre 2015

 (10) : Hauts de Cagnes-sur-Mer, Alpes-Maritimes, une nuit de décembre 2015

(11)Sommets d'arbres en été, Ariège, 2015

(12) : Lever de lune, Ariège, novembre 2015

P1010011___Copie__2_

Posté par regardsfeeriques à 08:00 - Commentaires [78] - Permalien [#]
jeudi 4 août 2016

"Âme au foyer" (2016) : vers un achèvement ?

P1060101

" Âme au foyer "

P1060074

Âme, qui rêve encore ...

111781271

... à la nuit retirée,

P1060088

à la lueur du jour ...

P1060083

P1060102

P1060100_001

P1060081

Son collier de perles de rosée, ici tombé ?

P1060097

[vue d'ensemble du tableau acrylique & huile, 60 x 73 cm]

P1060092

Intériorités...

*

Dourvac'h

Posté par regardsfeeriques à 20:13 - Commentaires [16] - Permalien [#]
dimanche 24 juillet 2016

"Âme au foyer" (avancées du tableau en 7 vues)

P1060071_001

P1060039_001

P1060042_001

P1060068

P1060047

P1060039

P1060071

Âme au foyer

(acrylique et huile sur toile, 50 x 65 cm)

*

7  photographies de détails :

- effet Cinémascope [logiciel Picasa] pour 1,2 & 3

- au naturel : pour 4, 5, 6 & 7

[ avancée au 24 juillet 2016 ]

Posté par regardsfeeriques à 21:38 - Commentaires [10] - Permalien [#]
samedi 18 juin 2016

"Âme au foyer" (à peine esquissée...)

_me_au_foyer__esquisse_stade_4_

_me_au_foyer__esquisse_stade_2_

P1050910

Âme au foyer 

(1) version finale, (2) version intermédiaire & (3) détail version initiale

de l'esquisse aux crayons de couleurs/papier

[2016]

*

Pour les photographies 1 et 2 :

avec l'aide technique & généreuse

de notre Amie peintre Barbara Delaplace,

après retouches créatives à l'aide du logiciel Picasa

Posté par regardsfeeriques à 11:25 - Commentaires [10] - Permalien [#]
lundi 6 juin 2016

Visages d'une âme sage et sans âge...

IMG_2177

IMG_2759

P1050599_002

P1050599

L'essentiel

préservé

(à nos yeux) :

leur mélancolie...

*

Photographies du "détail-visage" de :

(1) Adolescence [2012]

(2) Peintre au miroir de l'âme [2013-2014]

(3) & (4) L'âme du miroir [2015-2016]

Posté par regardsfeeriques à 20:48 - Commentaires [8] - Permalien [#]
dimanche 6 mars 2016

"L'âme du miroir"

P1050632

Je savais qu'on peut faire mentir même le soleil,

mais on sentait que nulle manipulation de la lumière et de la pose

n'aurait pu transmettre la délicate nuance de sincérité de ses traits.

[Joseph CONRADHeart of Darkness (Au coeur des ténèbres), 1899-1902]

(traduction de Jean-Jacques Mayoux, éd. GF Flammarion)

P1050631

Voici donc l'état actuel (en quelques détails et une vision d'ensemble) d'un tableau LOIN d'être terminé :

L'âme du miroir

(acrylique et huile sur toile)

[2015-2016]

P1050630

Objectifs immédiats :

(selon le conseil technique et esthétique de notre Amie peintre Barbara Delaplace

que je souhaite remercier vivement ici)

- ai corrigé le défaut anatomique de sa main gauche bien trop longue...

- ai assombri encore un peu le bas du rideau flottant autour de sa taille à sa droite

- ai doré davantage le pourtour de ses cheveux à sa droite

- ai assombri légèrement le pourtour de ses cheveux à sa gauche

- ai intensifié le regard en assombrissant un peu plus le pourtour des yeux tout en laissant un liseré clair autour de la paupière supérieure (surtout à sa droite)

*

Finalités de cet autoportrait d'âme :

Que cette toile - comme l'âme représentée - ait en elle :

- surtout "de la présence"

- une grande force expressive

- un minimum de technique

- et qu'elle puisse (accessoirement ?) faire du bien à Autrui...

*

IMG_2177

IMG_2759

P1050562

P1050558

... et vous invitant par ailleurs à la découverte des deux longs articles à propos de

Heiraten

... un record mondial toujours disponible :

"succès planétaire" de 44 exemplaires diffusés depuis le 18 septembre 2015 !! ...

et du génial écrivain

Stefan Zweig

ci-dessous !

P1050607

Posté par regardsfeeriques à 17:26 - Commentaires [24] - Permalien [#]
vendredi 18 septembre 2015

Stefan ZWEIG ou le songe interrompu (1881 [Vienne, Autriche-Hongrie] -1942 [Petrópolis, Brésil])

ATTENTION TRAVAUX !!!

(ARTICLE EN CONSTRUCTION)

Stefan_Zweig_photo_1900 

Stefan Zweig, à Vienne, vers 1900 -- Kunst Salon Pictzner 

*

Vergessene Traüme

(Rêves oubliés)

publié en 1900 [nouvelle]

*

 

SZ_Printemps_au_Prater

Praterfrühling 

(Printemps au Prater

publié à l’automne 1900 dans une revue littéraire mensuelle [nouvelle]

*

Silberne Saiten 

(Cordes d’argent)

 Berlin, 1901 [poésie]

*

Im Schnee 

(Dans la neige)

1ère publication : août.1901 (1ère trad. franç. : 1904 - nouvelle trad. : 1992) [nouvelle]

*

Une jeunesse gâchée

1901 [nouvelle]

*

Der Stern über dem Walde 

(L'étoile au-dessus de la forêt)

écrit v. 1903 [nouvelle]

*

Die Wunder des Lebens 

(Les prodiges de la vie) 

1904 (1ère trad. franç. : 1990) [nouvelle]

*

SZ_L_amour_d_Erika_Ewald 

Die Liebe der Erika Ewald 

(L’Amour d’Érika Ewald)

1904 (1ère trad. franç : 1990) [nouvelle]

*

Die Wanderung 

(La Marche)

1904 [poésie]

*

Das Kreuz

(La Croix)

1ère publication : janvier 1906 (1ère trad. franç. : 1992) [nouvelle]

*

Die frühen Kränze 

(Les Couronnes précoces) 

1907 [poésie]

*

Tersites. Ein Trauerspiel in drei Aufzügen

(Thersite. Tragédie en trois actes)

1907 [théâtre]

*

Scharlach 

(La Scarlatine)

1ère publication : mai-juin 1908 [nouvelle]

*

SZ_1 

SZ_La_Peur

Angst

(La Peur)

1ère publication : 1910 (1ère trad. franç. : 1935) [nouvelle]

*

Geschichte eines Untergangs

(Histoire d'une déchéance)

1ère publication : septembre 1910 (1ère trad. franç. : 1992) [nouvelle]

*

Das Haus am Meer. Ein Schauspiel in zwei Teilen

(La Maison au bord de la mer)

1911 [théâtre]

*

Erstes_Erlebnis

Erstes Erlebnis. Vier Geschichten aus Kinderland 

(Première épreuve de vie. Quatre histoires du pays des enfants)

[recueil de quatre nouvelles publié pour la 1ère fois en 1911 en langue allemande et incluant :]

*

 Geschichte in der Dämmerung

(Conte crépusculaire)

1ère publication : 1911 (1ère trad. franç. : 1931) [nouvelle]

*

 Die Gouvernante

(La Gouvernante)

 1ère publication : 1911 (1ère trad. franç. :1931) [nouvelle]

*

SZ_6

SZ_Br_lant_secret

Brennendes Geheimnis 

(Brûlant secret)

1ère publication : 1911 (1ère trad. franç. : 1945) [nouvelle]

*

 Sommernovelette

(Le Jeu dangereux)

1ère publication : 1911 (1ère trad. franç. : 1931) [nouvelle]

*

Der verwandelte Komödiant. Ein Spiel aus dem deutschen Rokoko 

(Le Comédien métamorphosé. Un divertissement du Rococo allemand) 

1913 [théâtre]

*

Jeremias. Eine dramatische Dichtung in neun Bildern

(Jérémie. Drame en neuf tableaux) 

1916 (1ère trad. franç. : 2014) [théâtre]

*

Legende eines Lebens. Ein Kammerspiel in drei Aufzügen 

(Légende d'une vie)

1919 (trad. franç. : 2011) [théâtre]

*

Amok - Novellen einer Leidenschaft

(Amok - Nouvelles d’une mauvaise passion)

[recueil de cinq nouvelles publié pour la 1ère fois en 1922 en langue allemande et incluant :]

*

SZ_12

Der Amokläufer 

(Amok ou Le Fou de Malaisie)

 1922 (1ère trad. franç. : 1927) [nouvelle]

*

Die Frau und die Landschaft 

 (La femme et le paysage)

 1922 (1ère trad. franç. :1935) [nouvelle]

*

Phantastische Nacht 

(La Nuit fantastique. Notes posthumes du baron de R…)

1922 (1ère trad. franç. : 1945) [nouvelle]

*

Die Mondschein Gasse 

(La Ruelle au clair de lune)

1922 (1ère trad. franç. : 1961) [nouvelle]

*

SZ_13

 

SZ_7

Brief einer Unbekannten 

(Lettre d'une inconnue)

1922 (1ère trad. franç. : 1927) [nouvelle]

*

Ben Johnson’s Volpone. Eine lieblose Komödie in drei Akten

(Volpone)

1925 [adaptation fr. de Jules Romains 1927] (trad. franç. de l'édition orig. : 2014) [théâtre]

*

  Verrwirrung der Gefühle - Drei Novellen 

(La confusion des sentiments)

[recueil de trois nouvelles publié pour la 1ère fois en 1927 en langue allemande et incluant :]

*

SZ_16

SZ_La_confusion_des_sentiments

Verrwirrung der Gefühle 

(La confusion des sentiments - Notes intimes du professeur R de D) 

1927 (1ère trad. franç. : 1948) [nouvelle]

*

SZ_Vingt_quatre_heures_de_la_vie_d_une_femme

SZ_4

SZ_Vingt_quatre_heures_de_la_vie_d_une_femme__2_

Vierundzwanzig Stunden aus dem Leben einer Frau 

(Vingt-quatre heures de la vie d'une femme)

1927 (1ère trad. franç. : 1929 - révisée en 1980) [nouvelle]

* 

SZ_Destruction_d_un_coeur

Untergang eines Herzens 

(Destruction d'un coeur)

1927 (1ère trad. franç. : 1931) [nouvelle]

*

SZ_Un_mariage___Lyon

Die Hochzeit von Lyon

(Un mariage à Lyon)

1ère publication : août 1927 [nouvelle]

*

Die Legende der dritten Taube

(La légende de la troisième colombe)

1ère publication : décembre 1916 (1ère trad. franç. : 1992) [nouvelle]

*

Episode am Genfer See

(Au bord du Lac Léman)

1ère publication : 1919 (1ère trad. franç. :1992) [nouvelle]

*

Der Zwang

(La contrainte)

écrit en 1916 ; 1ère publication : 1929 (1ère trad. franç. :1992) [nouvelle]

*

Angst

(La Peur) 

[recueil de cinq nouvelles publié pour la 1ère fois en 1925 en langue allemande et incluant :]

*

SZ_La_Peur

Angst

(La Peur)

[déjà publiée en 1910]  

(1ère trad. franç. : 1935) [nouvelle]

*

Unerwartete Bekanntschaft mit einem Handwerk

(Révélation inattendue d'un métier) 

1ère publication : 1925 (1ère trad. franç. : 1935) [nouvelle]

*

Leporella

(Leporella) 

1ère publication : 1925 (1ère trad. franç. : 1935) [nouvelle]

*

Buchmendel

(Le Bouquiniste Mendel)

1ère publication : 1925 (1ère trad. franç. : 1935) [nouvelle]

*

Die unsichtbare Sammlung - Eine Episode aus der deutschen Inflation

(La collection invisible - Un épisode de l’inflation en Allemagne)

1ère publication : 1925 (1ère trad. franç. : 1935) [nouvelle]

*

SZ_9

 

SZ_Les_Tr_s_Riches_heures_de_l_Humanit_

Sternstunden der Menschheit 

(Les très riches heures de l'humanité

14 textes dont les premiers furent publiés en 1927 (trad. franç. de 12 textes : 1939) [histoire]

*

SZ_le_Voyage_dans_le_pass_

Die Reise in die Vergangenheit / Widerstand der Wirklichkeit

(Le Voyage dans le passé)

 publication partielle : 1929, version complétée publiée en 1976 (1ère trad. franç. : 2008) [nouvelle]

*

Das Lamm des Armen. Tragikomödie in drei Akten

(L’Agneau du pauvre. Tragicomédie en trois actes)

1ère publication : 1929 (1ère trad. franç. : 1930)  [théâtre]

*

SZ_14

SZ_Marie_Antoinette

Marie Antoinette, Bildnis eines mittleren Charakters 

(Marie-Antoinette)

1932 (1ère trad. franç. : 1933) [biographie]

*

SZ_Marie_Stuart

Maria Stuart

(Marie Stuart)

1935 (1ère trad. franç. : 1936) [biographie]

*

Der begrabene Leuchter 

(Le Chandelier enterré)

[recueil de trois nouvelles publié pour la 1ère fois en 1937 en langue allemande et incluant :]

*

Der begrabene Leuchter 

(Le Chandelier enterré)

1ère publication : 1937 (1ère trad. franç. : 1937) [nouvelle]

*

Rahel rechtet mit Gott 

(Rachel contre Dieu)

1ère publication : 1928 (1ère trad. franç. : 1937)  [nouvelle]

*

Die Augen des ewigen Bruders. Eine Legende

(Virata ou Les yeux du frère éternel. Une légende)  

1ère publication : 1922 (1ère trad. franç. : 1927)  [nouvelle]

*

SZ_17

SZ_Une_soup_on_l_gitime

War er es 

(Un soupçon légitime)

probablement écrit entre 1935 et 1940, 1ère publication : 1987, tr. fr. 2009 [nouvelle]

*

Die gleich-ungleichen Schwestern 

(Les Deux Jumelles. Conte drolatique)

1ère publication : 1936, dans le recueil Kaleidoscop [nouvelle]

*

SZ_Magellan

Magellan. Der Mann und seine Tat 

(Magellan)

1ère publié en 1938 (1ère trad. franç. : 1938) [biographie]

*

SZ_5 

SZ_La_piti__dangereuse

Ungeduld des Herzens

(La Pitié dangereuse)

1ère publication : 1939 (1ère trad. franç. : 1939) [roman]

("roman" au sens de la taille de l’œuvre, et le seul que l’auteur ait achevé)

*

SZ_11

SZ

Schachnovelle

(Le Joueur d'échecs)

écrit par l’auteur durant les quatre derniers mois de sa vie (novembre 1941 à février 1942)

(1ère publication :1943 - posthume)

(1ère trad. franç. 1944, révisée en 1981) [nouvelle]

*

SZ_10

Die Welt von Gestern - Erinnerungen eines Europäers

(Le monde d'hier. Souvenirs d'un Européen)

 écrit de 1934 à 1942

(1ère publication : 1944, posthume)

[Zweig commença à l’écrire en 1934 ; il posta à l’éditeur le manuscrit, tapé par sa seconde femme, un jour avant leur suicide.]

(trad. franç. nouvelle de Serge Niémetz, editions Belfond : 1993) [autobiographie]

*

Ein Mensch, den man nicht vergisst

(Un homme qu'on n'oublie pas)

(1ère publication en langue allemande en 1948 -- posthume)

(1ère trad. franç. : 1990) [nouvelle]

*

SZ_Wondrak

Wondrak

(Wondrak)

1ère publication en langue allemande : posthume (1ère trad. franç. : 1990) [nouvelle]

*

SZ_Ivresse_de_la_m_tamorphose

Rausch der Verwandlung 

(Ivresse de la métamophose)

[titre emprunté à une phrase du roman, car l’auteur n'en avait pas encore donné] 

(texte inachevé, écrit en 1930/31 et 1938/39)

en collaboration avec Berthold Viertel, il en fera en 1940 un scénario de film, Das Postfraülein (La demoiselle des postes), qui sera réalisé en 1950 par Wilfried Franz sous le titre Das gestohlene Jahr (L’année volée) ; (1ère trad. franç. : 1984) [roman]

*

La vieille dette

1951 - posthume [nouvelle]

*

Un caprice de Bonaparte. Pièce en trois actes 

(1ère trad. franç. : 1952)  [théâtre]

*

SZ_Clarissa

Clarissa

(Clarissa)

[manuscrit inachevé, retrouvé dans les archives de Zweig en 1981, et portant la mention suivante : « Vu à travers l’expérience d’une femme, le monde entre 1902 et le début de la guerre » [la seconde guerre mondiale] ; trad. franç. 1992 [roman]

*

Autres oeuvres:

(seront intégrées peu à peu ci-dessus)

"Essais et biographies" :

  • Émile Verhaeren : sa vie, son œuvre (Emile Verhaeren, 1910), tr. fr. 1910.
  • Souvenirs sur Émile Verhaeren (Erinnerungen an Emile Verhaeren, 1917), tr. fr. 1931.
  • Marceline Desbordes-Valmore : son œuvre (Marceline Desbordes-Valmore - Das Lebensbild einer DichterinMit Übertragungen von Gisela Etzel-Kühn, 1920), tr. fr. 1928.
  • Romain Rolland : sa vie, son œuvre (Romain Rolland : der Mann und das Werk, 1921), tr. fr. 1929.
  • Trois Maîtres : Balzac, Dickens, Dostoïevski (Drei Meister : Balzac, Dickens, Dostojewski [Die Baumeister der Welt. Versuch einer Typologie des GeistesBand 1], 1921), tr. fr. 1949 et 1988.
  • Le Combat avec le démon : Kleist, Hölderlin, Nietzsche (Der Kampf mit dem Dämon : Hölderlin, Heinrich von Kleist, Friedrich Nietzsche [Die Baumeister der Welt. Versuch einer Typologie des GeistesBand 2], 1925), tr. fr. 1937.
  • Trois poètes de leur vie : Stendhal, Casanova, Tolstoï (Drei Dichter ihres Lebens: Casanova, Stendhal, Tolstoi [Die Baumeister der Welt. Versuch einer Typologie des GeistesBand 3], 1928), tr. fr. 1937.
  • Fouché (Joseph Fouché. Bildnis eines politischen Menschen, 1929), tr. fr. 1930.
  • La guérison par l’esprit : Mesmer, Mary Baker-Eddy, Freud (Die Heilung durch den Geist : Franz Anton Mesmer, Mary Baker-Eddy, Sigmund Feud, 1931), tr. fr. 1982.
  • Érasme, Grandeur et décadence d’une idée (Triumph und Tragik des Erasmus von Rotterdam, 1934), tr. fr. 1935..
  • Conscience contre violence ou Castellion contre Calvin (Castellio gegen Calvin, oder Ein Gewissen gegen die Gewalt, 1936), tr. fr. 1936, nouvelle traduction de Alzir Hella, 2010, Le livre de poche, ISBN 2253153710,
  • Amerigo, Récit d’une erreur historique (Amerigo, Die Geschichte eines historischen Irrtums), écrit en 1941, publ. posth. 1944), tr. fr. 1992.
  • Le Brésil, Terre d’avenir (Brasilien. Ein Land der Zukunft, 1941), tr. fr. 1942.
  • Balzac, le roman de sa vie (Balzac. Roman seines Lebens, publ. posth. 1946), tr. fr. 1950.
  • Hommes et destins, Belfond, 1999
  • Le Mystère de la création artistique (Das Geheimnis des künstlerischen Schaffens, 1943), tr. fr. 1996
  • Le Monde sans sommeil (Die schlaflose Welt)
  • Aux Amis de l’étranger (An die Freunde in Fremdland)
  • Montaigne. Essai biographique, publ. posthume, tr. fr. 1982
  • En cette heure sombre (In dieser dunklen Stunde)
  • Paul Verlaine, biographie, Le Castor Astral, 2015 (ISBN 979-10-278-0020-9) [présentation en ligne]

Correspondance :

  • Sigmund Freud-Stefan Zweig, Correspondance, Paris, Rivages, 1991.
  • Arthur Schnitzler-Stefan Zweig, Correspondance, Paris, Rivages, 1994.
  • Richard Strauss-Stefan Zweig, Correspondance 1931-1936, Paris, Flammarion, 1994.
  • Friderike Zweig-Stefan Zweig, L’Amour inquiet, Correspondance 1912-1942, Paris, Des Femmes, 1987.
  • Romain Rolland-Stefan Zweig, Rencontre 1911
  • Amélie Breton-Stefan Zweig, Lettres 1922
  • Émile Verhaeren-Stefan Zweig, Genève, Labor, 1996.
  • Stefan Zweig, Correspondance 1897-1919 (préface, notes et traduction de l’allemand par Isabelle Kalinowski), Paris, Le Livre de Poche, coll. « Biblio » no 3414, 2005(ISBN 978-2-253-10856-6).
  • Stefan Zweig, Correspondance 1920-1931 (préface, notes et traduction de l’allemand par Isabelle Kalinowski), Paris, Le Livre de Poche. coll. « Biblio » no 3415, 2005, (ISBN 978-2-253-10857-3).
  • Stefan et Lotte Zweig, Lettres d'Amérique : New York, Argentine, Brésil, 1940-1942 (préface et notes par Darién J. Davis et Oliver Marshall), Paris, Grasset, 2012, (ISBN 978-2-246-78743-3).
  • Stefan Zweig-Klaus MannCorrespondance 1925-1941, Paris, Phébus, 2014.

*

Cet article sera peu à peu enrichi

des fiches-résumé de chaque ouvrage,

ainsi que d'un avis critique personnel (lorsque l'ouvrage a été lu)...

*

U grand remerciement préalable à notre Amie Christiana Moreau

qui nous fit découvrir l'oeuvre du Maître Viennois...

Posté par regardsfeeriques à 18:10 - Commentaires [5] - Permalien [#]