jeudi 4 janvier 2007

Quatuor rêveur...

P1000218

Un premier couple dhôtelien sauvage...

*

P1000214

... une jeune bergère au ciel d'orage...

*

P1000259

... et une fillette aux regards mystérieux...

DOURVAC'H

crayons Polychromos, 2006

Posté par regardsfeeriques à 19:47 - Commentaires [4] - Permalien [#]

mercredi 3 janvier 2007

Châteaux de lune

Burne_jones_love_among_the_ruins

Edward Bune-Jones

Love among the ruins

- sans commentaires ? -

" Cada jorn, cada nuèit,

Far de castels dins la luna. "

(Chaque jour, chaque nuit,

Bâtir des châteaux dans la lune.)

néo-proverbe occitan

(langue d'oc)

Dourvac'h

Posté par regardsfeeriques à 08:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mardi 2 janvier 2007

Regard féérique en Kabylie

P1000192

Dourvac'h

illis buxxam

(fille de la maison)

Kabylie, 1994

(détail d'une peinture à l'huile)

*

Comme le temps passe ! C'était en mai 1992...

La jeune fille en robe rouge - certainement sortie d'un tableau préraphaëlite - m'avait ouvert la porte de la maison familiale.

Jamais je ne l'avais vue auparavant...

Le fond de la pièce était aussi émeraude que le fond des mers...

... et elle, avec ce regard-là, j'en suis sûr...

(j'ai ainsi voulu le reproduire longtemps après - naïvement, maladroitement... )

Ecrit aussi, depuis : deux petits bouquins de souvenirs éblouis...

(Souvenirs d'Algérie Heureuse, L'Harmattan, 1992 / Un retour à l'Algérie Heureuse, an nafs diffusion, 2005 ;

tous deux publiés sous patronyme : J.-Philippe Brette)

Posté par regardsfeeriques à 14:52 - Commentaires [5] - Permalien [#]
lundi 1 janvier 2007

Yeux de mer

P1000224

Dourvac'h

en diforc'h an tad

(au départ du père)

détails, 2002

P1000225

Posté par regardsfeeriques à 19:19 - Commentaires [4] - Permalien [#]

La "Moira" & Les Nornes, Puissance et divinités du Destin...

Fées du Destin /1

Burne_Jones

"La tête funeste"

par Edward Burne-Jones

Chez les Grecs, le Destin est représenté par La "Moira" qui, primitivement, ne formait qu'un seule entité et a pris, peu à peu, une importance telle... qu'elle s'est divisée en trois personnes.

Les "Moires" sont trois soeurs : elles ont pour nom Clotho, Lachésis et Atropos. Elles sont filles de Zeus et Thémis (ou parfois de La Nuit).

Leur apparition dans les cultes et le panthéon grecs semble aussi ancienne que le début des religions et des mythes.

On sait qu'elles demeurent dans un palais voisin de l'Olympe.

Là, elles veillent au déroulement de la vie de chaque être - homme ou femme.

Clotho file, et sa quenouille qu'elle fait tourner symbolise le cours de l'existence.

Lachésis dévide le même fil sur son fuseau : dispensant ainsi le sort réservé à chacun.

Atropos, elle - et sans jamais se laisser fléchir - tranche le fil de chaque vie.

On sait que "les"Moires" furent assimilées par les Romains qui les nommèrent "Parques".

Qua,nt aux Celtes, ils connaissaient "Les Nornes", ces trois Déesses qui déroulaient l'existence humaine sur un fuseau d'or...

(d'après "Mythes et Mythologie", par Félix GUIRAND et Joël SCHMIDT, éd. Larousse-Bordas, 1986

"Trésor de la Mythologie Pyrénéenne"par Olivier DE MARLIAVE, , éd. Sud-Ouest,  1996)

Posté par regardsfeeriques à 10:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 22 décembre 2006

Iliade & Odyssée...

38

"L'armement de Persée"

("The Arming of Perseus"),

peint en 1885 par Edward BURNE-JONES...

... ou comment se préparer à affronter cette nouvelle et belle année "pieds ailés" dans la caresse de regards tendres : ce que je vous souhaite à toutes et à tous !

Merci de toutes vos visites !

(A ce jour , 23 articles féériques... à relire et commenter...)

A très bientôt...

Dourvac'h

Posté par regardsfeeriques à 20:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
jeudi 21 décembre 2006

Roland CAT & C.D. FRIEDRICH

Le_20bagage

Tiens ! C'est peu dire qu'une oeuvre d'art (parlant d'oeuvre d'art authentique) puisse s'offrir à l'infini d'une postérité...

"Le bagage", paysage-rêve de Roland Cat, se souvient-il de sa vision passée d'une des oeuvres les plus sombres de Friedrich  ?

206fried

Posté par regardsfeeriques à 10:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
lundi 18 décembre 2006

Intimité d'Edward BURNE-JONES...

67

Qui connait cet extraordinaire "Portrait de Giorgiana Burne-Jones" (daté  de 1883) ?

On croit bien sûr reconnaître, à l'arrière plan, le profil du "Roi Cophetua" (le peintre lui-même) en compagnie de l'un de ses modèles (est-ce bien "la Jeune Mendiante" ?) ...

Posté par regardsfeeriques à 20:38 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
dimanche 17 décembre 2006

Sens du sacré, même si...

gracq_loire4

... les religions n'ont rien apporté de grand à l'humanité,

les philosophies peut-être,

l'art sûrement...

(DOURVAC'H)

The_Beguiling_of_Merlin_by_Edward_Burne_Jones

Edward BURNE-JONES, "The Beguiling of Merlin" ("La séduction de Merlin", 1874 - détail)

*

gracq_signature

signature de Julien GRACQ, auteur de

"Le Rivage des Syrtes" (1951) et "Un balcon en forêt" (1958)

Posté par regardsfeeriques à 18:56 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
samedi 16 décembre 2006

Enfances / Pays natal / Printemps

L'enfance - puis ce jour où l'on se dit : " Tiens, c'est déjà fini ? "

L'enfance que l'on retrouve, bien longtemps après, dans les livres de Schulz et Dhôtel...

Merveilleux Pays natal de Dhôtel, ses agiletés d'écriture et habiletés de conteur oriental ...

d_027_semuy

" Un soir d'été, s'étant allongé sur l'herbe du carrelage, les yeux au ciel, il avait vu deux hirondelles passer très haut comme des flèches, et les avait entendues crier très haut. Alors il s'ingénia à imiter les cris, (...)

Parfois certaines d'entre elles vinrent se poser et gazouiller sur des fils électriques à trente pas de là, à mi-chemin du ciel. En vérité les hirondelles étaient ailleurs, et il souhaitait qu'elles demeurent ainsi dans ce monde supérieur. "

André DHOTEL, Pays natal, 1966, ré-éd. 2003, éditions Phébus, chapitre I, page 29

warkona5

Puis... ces XXXIX chapitres célestes du Printemps, laissés en 1937 par le peintre-graveur Bruno Schulz, court roman d'émerveillements de pages en pages...

" En ces nuits d'avant le printemps, vastes et sauvages, recouvertes d'un ciel immense, encore sévères et inodorantes, conduisant à travers les accidents du firmament vers les déserts étoilés, mon père m'emmenait dîner dans le jardin d'un petit restaurant (...)

Nous marchions dans la lumière humide des réverbères qui clinquaient sous les coups du vent, à travers la grande place voûtée, seuls, écrasés par l'immensité des labyrinthes célestes (...) ; Père levait vers le ciel son visage inondé d'une faible clarté et regardait avec un chagrin amer le gravier des étoiles disséminées, les tourbillons répandus (...) "

Le Printemps - in Le sanatorium au croque-mort (1937),

éd. Denoël, pages 42-43, traduction de Thérèse Douchy

Posté par regardsfeeriques à 18:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]