samedi 23 juin 2007

" Un balcon en forêt " : Julien Gracq / Brocéliande à Nebias (Aude)

P1050108

" Une idée de bonheur avait toujours été liée pour Grange aux sentiers qui vont entre les jardins, et la guerre la rendait plus vive : ce jardin lavé par la nuit, gorgé de plantes fraîches et d'abondance comestible, c'était pour lui le chemin de Mona ; il abordait à la lisière du bois comme au rivage d'une île heureuse.

P1050021

La porte de Mona n'était jamais fermée - non pour que son ami pût entrer le matin sans la réveiller, mais parce qu'elle était par la race de ces nomades du désert que le déclic d'une serrure angoisse : où qu'elle fut, elle plantait toujours sa tente en plein vent.

P1010477

Quand Grange entrait, dans le carré de lumière grise que faisait la porte ouverte, il apercevait d'abord sur une table de cuivre le contenu de ses poches qu'elle avait vidées en vrac avant de coucher, et où il y avait des clés,

P1010476

des bonbons à la menthe tout incrustés de miettes de pain, une bille d'agate, un petit flacon de parfum,

P1010481

un bout de crayon mordillé et sept ou huit pièces d'un franc. Le reste de la chambre était obscur.

P1010479

Grange n'ouvrait pas les volets tout de suite ; il s'asseyait sans bruit près du lit qui sortait un peu de l'ombre, vaste et ténébreux, éclairé d'en bas par les braises de la cheminée et le reflet gras des chenets de cuivre.

P1010483

Quand Mona s'éveillait, avec cette manière instantanée qu'elle avait de passer de la lumière à l'ombre (elle s'endormait au milieu d'une phrase comme les très jeunes enfants)

P1010484

cinglé, fouetté, mordu, étrillé,

P1010485

il se sentait comme sous la douche d'une cascade d'avril, il était dépossédé de lui pour la journée;

P1010491

mais cette minute où il la regardait encore dormir était plus grave : assis à côté d'elle, il avait l'impression de la protéger.

P1010486

Le froid se glissait dans la pièce malgré le feu mourant;

P1010493

à travers les volets mal joints suintait une aube grise;

P1010494

un instant, il se sentait porté au creux d'un monde éteint, dévasté par de mauvaises étoiles, tout entier couvé par une pensée noire : il promenait les yeux autour de lui pour y chercher la coûteuse blessure qui faisait le matin si pâle, refroidissait cette chambre triste jusqu'à la mort.

P1010495

" Qu'elle ne meure pas ", murmurait-il superstitieusement, et le mot éveillait dans la pièce aux volets fermés un écho distrait : le monde avait perdu son recours; on eût dit que de son sommeil même une oreille s'était détournée.

P1010499

Mona dormait à plat ventre, les couvertures enroulées autour d'elle, les bras étendus de tout leur long, les mains plongées sous le traversin agrippant le lit de ses deux bords,

P1010502

et Grange quand il se penchait sur elle souriait malgré lui, toujours étonné que même dans le sommeil, la prise de ce petit corps sur ce qu'il avait reconnu une fois pour son bien et sa pâture fut si affamée.

P1010496

Souvent elle s'endormait nue;

P1010498

quand il soulevait un peu le drap sur son épaule, il comprenait que ce sommeil brusque d'enfant qui la terrassait et qui l'étonnait si fort

P1010503

avait mêlé à sa fatigue le souvenir d'un piège tendre : c'était comme si une hâte l'eût convoyée vers lui à travers toute la longue nuit d'hiver,

P1010497

et quelque chose lui bougeait dans le coeur :

P1010501

il se dévêtait vite, sans bruit, et s'allongeait à côté d'elle. "

P1010506

Julien GRACQ
"
Un balcon en forêt "

José Corti éditeur,

1ère édition, 1958
(pages 84-86)

*

photos :

DOURVAC'H

forêt de Nebias (Aude), avril 2007

en contrepoint à cette forêt magique des Ardennes en "drôle de guerre"
pour notre Lieutenant Grange pris dans l'hiver 1940
& dont l'Odyssée mélancolique et amoureuse
fut chantée en 1958 par la lyre de Julien GRACQ...


(Et avez-vous reconnu l 'Arbre-harpe de "Brocéliande-en-Aude" ?)

Posté par regardsfeeriques à 17:37 - - Commentaires [25] - Permalien [#]

vendredi 22 juin 2007

Le regard des fées...

P1050341

... a cette particularité :

P1050340

on ne peut que s'y noyer...

*

DOURVAC'H

" Fée aux cheveux d'or "

dessin aux crayons de couleurs Polychromos, juin 2007

*

24_sept_06

... et cent mille mercis

à la douce Virginie de Moselle

d'avoir accepté d'être son modèle...

*

Vous pouvez retrouver la production de Virginie

en son site de scrap-artiste du "57" :

http://niniscrap.over-blog.com/ 

Posté par regardsfeeriques à 19:49 - Commentaires [21] - Permalien [#]
mercredi 20 juin 2007

Tziganes...

P1000822

P1000820

P1000823

Gitane au crépuscule

(crayons Polychromos, 2005)

*

P1000835

P1000218

P1000258

P1000826

P1010908

P1010903

P1010911

La marche sur la colline

(crayons Polychromos, 2006 )

(photos versions "neutre" et "solarisée-marocaine")

*

P1000132

P1000133

Une rencontre au crépuscule

(esquisse d'un futur futur tableau à l'huile, crayons Polychromos, 2006)

(+++ Les pieds bien trop petits de la demoiselle en seront modifiés...)

*

Et bientôt ici un nouveau rendez-vous avec le continent des Songes de

Julien GRACQ

(voir ici notre article du 18 juin 2007 et toute la catégorie "J. Gracq")

et la forêt des Ardennes...

(également chère au prolifique romancier André DHOTEL

et au dessinateur-naturaliste Pierre DEOM, père du périodique "La Hulotte")

avec un superbe récit publié en 1958

" Un balcon en forêt " ...

Posté par regardsfeeriques à 18:26 - Commentaires [17] - Permalien [#]

Dessous d'un dessin à deux sous (1) : un retour sur "Retour au jardin des roses"...

P1030023

P1020604

L'article et le dessin du 29 mai 2007,

que vous avez abondamment commenté

reste pour tous un mystère

et mérite peut-être éclaircissements...

P1020646

Et les vôtres, d'abord...

*

"Ouverture en large de la porte des rêves",

"Chemin vers l'imaginaire",

"Part féminine d'un "moi" d'artiste"

(si je t'ai bien traduite, Tigwenn - omniprésence du motif de la rose!)

"Esprit d'enfance",

"Timidité" ,

"Innocence"...

*

Toutes vos interprétations sans doute pertinentes mais...

P1030019

L'image magique-modèle était celle-là...

superbe photo dont vous trouverez

l'auteure bien mentionnée dans l'article du 29 mai dernier :

chef d'oeuvre illustrant

un très prosaïque article du quotidien "Aujourd'hui"

rappelant les règles de sécurité à respecter lors des...

constructions de piscines privées...

*

On peut alors interprêter la démarche hésitante de la fillette

(vue de dos telle un personnage "friedrichien")

comme sa crainte confuse de finir en...

jeune nouvelle "Ophélie" ,

célèbre noyée peinte par Millais

(rechercher en "lien" ici colonne de gauche à propos de ce peintre et de sa (fausse) noyée adulte

le superbe article de "Grillon" en son site "Mon bloghaus2")

Posté par regardsfeeriques à 18:00 - Commentaires [9] - Permalien [#]
lundi 18 juin 2007

Julien GRACQ ou le début d'un rêve...

P1050131

Le jeune homme photographié ici à côté de sa soeur s'appelle Louis Poirier ;

il vit à Saint Florent-le-Vieil depuis quatre-vingt dix-sept ans,

auprès des rives de la Loire et de l'Evre...

*

Sous le nom de Julien GRACQ,

c'est le plus grand écrivain français vivant...

P1050130

Un numéro spécial du "magazine littéraire"

vient  - enfin - de lui être consacré

(juin 2007)

*

P1050145

Mes_illustrations_197

Illustrations_251

P1050153

P1050147

Illustrations_255

P1050144

P1050149

*

A cette question finale de l'entretien

réalisé par Dominique Rabourdin

à Saint-Florent en 2007 :

" Etes-vous stoïcien ?

N'avez-vous pas peur de la mort, de votre propre mort ? "

Julien Gracq lui répond :

" La perspective de ma disparition ne me scandalise pas :

la mort semble partout inséparable de la vie,

individuelle ou collective.

La mort survient, un jour ou l'autre ;

quoique très proche pour moi, sa pensée ne m'obsède pas :

c'est la vie qui vaut qu'on s'en occupe. "

*

P1050139

P1050133

P1050140

Clichés :

Trois oeuvres célèbres de Caspar-David FRIEDRICH

(détails - pour les trois derniers)

*

Portraits de Julien Gracq et clichés des premières éditions de ses ouvrages

extraits du dossier spécial du "magazine littéraire", juin 2007

*

Photos de quelques ouvrages de Julien Gracq

(photographiés par "Dourvac'h")

*

et bientôt ici, des extraits illustrés de :

"Au château d'Argol" (1938)

"Le Roi Pêcheur" (1948)

"Le Rivage des Syrtes" (1951)

"Un balcon en forêt" (1958)

*

(Sans aucun jugement de valeur sur les "qualités" des romans et récits des uns et des autres,

précisons ici qu'une lecture des ouvrages-rêves

de Julien Gracq ne semblent pas d'une lecture aussi "évidente"

que les ouvrages d'Anna Gavalda et Marc Lévy...)

Posté par regardsfeeriques à 20:36 - - Commentaires [25] - Permalien [#]

vendredi 15 juin 2007

An amzer a zo du...

P1050032

P1050025

P1050033

P1050027

P1050028

P1050031

P1050040

P1050043

P1050041

P1050048

P1050044

P1050045

P1050034

P1050037

P1050036

P1050038

P1050035

P1050049

P1050052

photos :

DOURVAC'H

(*)

Formations orageuses au-dessus des montagnes d'Ariège, Viviès, 14 juin 2007

(*) Vêtu de noir, venu du coeur du grand cèdre ou de celui de l'orage, j'ai traversé le ciel sous vos yeux : qui suis-je ?

Posté par regardsfeeriques à 19:29 - Commentaires [27] - Permalien [#]
jeudi 14 juin 2007

An heol a zo roz...

P1020554

" D'en haut de la lune et du soleil...

P1020556

... comment pourrais-je,

P1020553

moi aussi,

P1020555

de là où je me trouve...

P1020598

... éclairer un peu vos vies ? "

*

Cliché :

fillette de Saint-Herbot, Finistère

(collection A Waron, Saint-Brieuc)

Posté par regardsfeeriques à 08:42 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
mercredi 13 juin 2007

Eur plac'h koant e kreizh ar Vreizh isel

P1020543

Une femme contemple...

P1020538

... une oeuvre d'art tous les matins...

P1020542

... dans le miroir d'eau...

P1020541

...paisible de son teint et ses yeux...

P1020539

... jusque dans l'oeil du photographe...

P1020531

Kenavo !

(sur les rochers de l'île Sainte-Anne à Saint-Pol-de-Léon, Finistère)

Posté par regardsfeeriques à 18:58 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
mardi 12 juin 2007

Aurore à Viviès, Ariège : 11 juin 2007

P1040978

Avant l'aurore...

P1040980

... juste avant...

P1040981

Ce chant des oiseaux invisibles...

P1040982

... assourdissant...

P1040977

Comment imaginer

quitter un jour ce monde ?

Posté par regardsfeeriques à 18:15 - Commentaires [15] - Permalien [#]
lundi 11 juin 2007

Dessous d'un tableau à deux sous (1) : un retour sur "Leïla d-lmesbâh"...

P1040940

"Leïla et sa lampe de mariage" (1992)

Archéologie d'une peinture à l'huile, la première...

*

P1040970

... "taqenddurt" et "l-mesbâh":

robe traditionnelle et lampe de mariage fabriquées à l'hiver 1983-1984

par Mlle Melha B., du village de Tademaït, Grande Kabylie...

*

P1040928

"Melha" signifie : "Le Bien"...

Présents de "départ de Kabylie" à un couple : le nôtre...

*

P1040922

Sa lampe est magique... féconde... son ventre arrondi...

*

P1040923

Quand elle soulève le haut de sa "taqenddurt"...

P1040924

... ses mamelles d'argile débordent de lait...

*

P1040927

Il y a même ces oiseaux blancs "er-rouhanî"...

(er-rouâh" : esprit)

errant dans le monde supérieur jaune,

venant s'unir à l'oiseau jaune du monde vert d'en bas

(an-nâfs": âme végétative)

quand le losange du sésame vaginal s'entrouvrira à une vie, deux vies...

*

Nous avons eu deux enfants, depuis...

*

P1040939

Lampes-femmes soulevant leurs "tiqqendiar"...

(à gauche : Lampe mycénienne en croissant - musée du Louvre)

(à droite : Lampe de mariage - lmesbâh - des "At Yenni" - cliché M. SANFILIPPO)

Ouvrage-phare de l'anthropologue Jean SERVIER

*

P1040930

Ouvrage de l'anthropologue tamazighte MAKILAM

(détail d'une poterie kabyle de la collection d'Ernest HAMEL)

*

P1040933

"Mesbâh" au lézard

région des Ouadhias, collection d'Ernest HAMEL

(cliché extrait de l'ouvrage précédent)

*

P1040935

Lampe de mariage - "Mesbâh" triple

région des Ouadhias, collection d'Ernest HAMEL

(cliché extrait de l'ouvrage précédent)

*

P1040932

Lampe à huile représentant une femme "tafsat" (enceinte)

("tafsut" signifiant "Printemps"...)

Oued Aïssi, collection de MAKILAM

(cliché extrait de l'ouvrage précédent)

*

P1040942

Ne jamais oublier le regard et le nom de Leïla

(" la Nuit ") ...

*

P1040941

Encore moins le geste, le nom et le regard de Melha B.

(" le Bien ") ...

Posté par regardsfeeriques à 18:57 - - Commentaires [22] - Permalien [#]