mercredi 21 février 2007

Dhôtel et Mauriac, deux liseuses et un regard...

P1000509

" La lune éclairait de nouveau avec vivacité la ville blanche en contrebas, mais surtout les arbustes qui étincelaient tout près de lui. Il ne voulait pas penser à Angélique. Il ne voulait plus jamais. La colline neigeuse était infiniment belle. Il aurait fallu se mettre à genoux dans la neige, se coucher dans la neige, dormir jusqu'à la mort et se réveiller dans l'oubli le plus total(...) "

André Dhôtel, Pays natal (1966)

*

P1000510

" Un papillon traversa le sentier dans la lumière de la lune.

- Tu m'as sauvé, dit-il.

Elle murmura : " Va-t'en ", et elle se tint immobile sur le bord du chemin, tandis qu'il passait. Il fallait qu'il aille comme elle le désirait. (...) "

André Dhôtel, Un jour viendra (1970)

*

P1010418

" Le tramway, feu de bengale mouvant, éclairait une seconde les ifs et les charmilles nues d'une propriété, puis l'enfant écoutait décroître le vacarme des roues et du trolley, sur la route pleine de flaques, qui sentait le bois pourri, les feuilles. (...) "

François Mauriac, Le Désert de l'amour (1925)

*

Pouvoir d'évocation des lignes imprimées

dans le regard de quelques liseuses de douces aventures...

P1000904

... bien sûr, " La Jeune Liseuse "

apprivoisée par le pinceau amoureux de

Jean-Honoré FRAGONARD (en 1776... )

fragonard

... aïeule de

Muriel, qui sait...

*

P1010414

... ou cette " Lecture interrompue "

de (et par) l'auteur...

* * * * * * * * * *

... interrompue par un souvenir d'enfance, peut-être...

P1010323

... à bientôt !

DOURVAC'H

2007

Posté par regardsfeeriques à 15:29 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

mardi 20 février 2007

Dhôtel et Mauriac : doux regards sur romans de gare ?

P1000402

L'accroche est mensongère : point de romans de gare ici !

Tout juste quelques sentiments mis en romans...

Parmi ces rééditions de quelques-uns des plus beaux romans-contes

de l'Ardennais André Dhôtel...

" Ce lieu déshérité " (1947)

" Le Mont Damion " (1964)

" Pays natal " (1966)

" Lumineux rentre chez lui " (1969)

" Un jour viendra " (1970)

" Soleil du désert " (1973)

Deux chefs d'oeuvre au moins sur cette photo

... où manquent " Ce jour-là " (1947)

et une troisième merveille égéenne, " Ma chère âme " (1962)

*

P1000509

" Pays natal "

ou les rencontres du jeune Félix Marceau

avec "Puceronne"-Angélique

dans Charleville-la-grise sous ses premières neiges...

*

P1000510

" Un jour viendra "

ou les contes autour d'Antoine Marvaux

pris dans les filets d'une fée de carrière aux lueurs de lune : Clarisse

*

P1010418

Puis cette découverte d'un livre cher au coeur de

Muriel,

"Le Désert de l'amour" (1925),

authentique merveille, c'est vrai !

*

Posté par regardsfeeriques à 18:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
jeudi 7 décembre 2006

UN JOUR VIENDRA

d_066_voncq

  " Le lendemain, un samedi, il alla comme souvent rôder aux alentours de la prairie. Cet après-midi-là, il avait un peu neigé, et cette neige éparse formait des fleurs très blanches très délicates sur toute cette étendue. Il tendit la main lentement et aussitôt il craignit de faire tomber cette neige qui ornait la plante morte. Pour quelle raison, lui, qui avait des gestes si brusques et si habiles, devenait-il soudain hésitant ? Il y avait des choses qu'il ne fallait pas toucher ni détruire ? Quelles choses ? Cette vieille plante couverte de neige, avec sa beauté hasardeuse (...) ? "

André DHOTEL, Un jour viendra (1970), réédition Phébus libretto

d_157_aisne_mdj

photos : Association La Route Inconnue (Amis d'André Dhôtel)

en haut : portail à Voncq

en bas :vue sur l'Aisne

Posté par regardsfeeriques à 13:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]