P1020007

... et le nouveau printemps s'annonça ; l'air était plus humide et plus doux, on percevait des odeurs et des bruits indécis qui paraissaient monter de la terre.

P1020510

La terre était molle, on marchait sur elle comme sur de gros tapis élastiques.

P1020523

On s'obligeait à écouter chanter les oiseaux.

P1020524

" ça m'a tout l'air du printemps ", disaient pour s'aborder dans la rue les gens sensibles. Même les murs des maisons prenaient une certaine odeur, une couleur plus chargée.

P1020137

Tout avait l'air étrange alors qu'il s'agissait d'une chose si ancienne et si connue, mais on la ressentait comme entièrement nouvelle, elle provoquait un sentiment bizarre, violent.

P1020397

Le corps, les sens, la tête, les pensées, tout cela bougeait comme si cela voulait se remettre à pousser.

P1010617

L'eau du lac avait des reflets chauds et les ponts qui s'élançaient sur le fleuve paraissaient plus cambrés.

P1010647

Les drapeaux flottaient au vent et cela faisait plaisir de les voir flotter.

P1010022

Quand le soleil parut enfin, les gens sortirent par groupes et en rangs sur la chaussée blanche et bien propre. Ils s'arrêtaient pour mieux sentir la caresse de la chaleur. Il y eut beaucoup de manteaux laissés chez soi.

P1010011

On pouvait voir les hommes retrouver des gestes plus libres et les femmes faisaient des yeux étranges comme si l'âme allait leur sortir du coeur. "

*

Robert WALSER :

Geschwister Tanner (Les enfants Tanner)

1907

(extrait de l'édition de poche "folio", pages 36-37)

traduit de l'allemand par Jean Launay (1985), éd. Gallimard

*

Le manuscrit final des Enfants Tanner (représentant 332 pages dans cette édition de poche) est issu d'un "premier jet" réalisé en 3 à 4 semaines entre janvier et février 1906 dans l'appartement de son frère à Berlin... et n'ayant nécessité que de minimes corrections (syntaxe, ponctuation).

*

P1010597

Il y a donc eu cet été - du moins pour moi - la découverte de ce "roman", oeuvre si romantique et spontanée, écrite dans ces mêmes années par un Suisse germanophone, Robert Walser

Les enfants Tanner  ("Geschwister Tanner") est un ouvrage publié à Berlin pour la première fois en 1907 (disponible en collection "folio", Gallimard, excellemment traduit). Ses romans suivants seront :  Le Commis (1908) puis Institut Benjamenta (1909). La plasticité et l'imprévisibilité des psychologies et des actes des attachants personnages de Simon, Klara, Kaspar, Hedwig, tout comme le "chant" délié de la langue du jeune Walser (ouvrage composé en quelques mois, à l'âge de 27 ans...) nous fascinent immédiatement... Intemporels, on croit voir s'animer sous nos yeux les beaux visages de la liberté.

"On est fait pour les choses dont on rêve."

comme l'écrit dans le roman, le personnage de Klara...

*

P1020542

photographies : Dourvac'h

(Merci à l'avance de ne rien reproduire sans l'autorisation de l'auteur)

*

P1020575

(1) chemin dans la fin de l'été : vallée du Douctouyre (Ariège)

(2) chat inconnu la nuit : ruelle des hauts de Cagnes (Alpes Maritimes)

(3) Escalier d'honneur au château de Cagnes (Alpes M.), la nuit

(4) Clocher et maisons fortifiées autour du château de Cagnes (Alpes M.), la nuit

(5) Arbres sur le talus près la voie de chemin de fer désaffectée, Saint-Amadou (Ariège)

(6) Jeune chèvre près du Baou des Blancs, Vence (Alpes M.)

(7) Flots de l'Hers à Camon (Ariège)

(8) Arbres par-dessus le chemin de fer désaffecté, Saint-Amadou (Ariège)

(9) Bords du Douctouyre à Vira (Ariège)

(10) Lever de lune à Viviès (Ariège)

(11) Flots de l'Hers à Camon (Ariège)

(12), (12 bis) & (12ter) "Sam' Suffit" ou MJC a le blues... (Viviès, Ariège : 3 et 11 nov. 2013)

P1020544