CIMG9917

XIX

  « Où allons-nous, où allons-nous ? »

   A nouveau la chaleur ; tous à la recherche d’une ombre.

  Shou-Lîen a rejoint les autres sur la charrette ; le petit frère blessé somnole près du corps de sa mère ; les petites geignent. La mule se traîne.

*

CIMG9619

  Xi-Jîn préfère marcher. Une mouche vient se poser sur ses lèvres ; sa main est venue la chasser… Son autre main serre fort, très fort, deux des longs doigts de Chân : comme un anneau qui les emprisonne.

  Elle ne lâchera pas la main de Chân.

  Parfois, du haut de la charrette, les petits yeux noirs de Shou-Lîen viennent chercher ses yeux à elle, puis s’en retournent, très vite  tels des hirondelles ; quittent à nouveau le charroi ; font le tour du visage et du regard de Chân ; reviennent à la roue et aux planches qui tressautent… aux sandales bleues de la mère (Pour s’occuper, elle joue à les dénouer puis les renouer… ).

CIMG9621

   Xi-Jîn pense : pour Shou-Lîen, leur mère est devenue poupée à habiller.

     La charrette grince.

    Sœur, tu t’es réfugiée là-haut pour nous regarder… ou bien est-ce Chân qui te fait peur ?

   Xi-Jîn s’étonne que la belle main de Chân n’attire plus autant sa sœur… Sans doute la trouve-t-elle dure et inhumaine : une main de pierre, d’un dieu étrange.

*

   Elle, ne trouve cette main ni dure ni inhumaine. Seulement tendre.

  Chân garde les yeux baissés sur le chemin comme ébloui de poussière blanche. Jamais il ne tourne les yeux vers elle.

  Peut-être s’est-il absenté ?

  Peut-être l’a-t-il oubliée ?

  Elle croit qu’elle n’est pour lui qu’une petite fille qui s’accroche à lui.

*

CIMG9528

  « Où va-t-on, Chân ? »

  Elle lui a parlé depuis l’intérieur d’elle.

  Maintenant Chân se tourne vers elle.

  Elle attend…

  «  Tu m’as entendue ? »

  Il fait signe que oui.

  Elle sait qu'elle a rejoint son monde.

*

CIMG9805

  « Tu pleures ? »

  Non, c’est la poussière… le chemin… Je suis fatiguée.

Un silence. Et si la petite fenêtre de son monde se refermait pour elle ? Elle doit vite reparler, très vite…

Où va-t-on ?

Où a dit l’homme... Il est parfois devant nous, parfois au-dessus de nous. A mesure que nous avançons, il me montre le chemin à suivre…

–  Toi, tu le vois ?

Comment le verrais-je ? Il laisse des traces à l’intérieur de moi…

Tu n’as pas envie de le voir ?

Non.

CIMG9735

… et les traces ?

Les traces…

Il rit.

Il y a encore quelque chose que tu ne sais pas… C’est lui qui a décidé cela…

Quoi ?

Ça, par exemple : tu ne dois pas me lâcher la main… sinon, je perdrais la piste !

Certainement qu’il l’a vue rougir…

CIMG0620

Tiens ! Tu vois cette pierre énorme ? Elle ressemble à un lièvre… avec ses grandes oreilles collées contre lui en train de fuir… Et ce lézard qui vient de se couler dans l’herbe, juste à tes pieds ?… Et ce petit nuage qui vient de s’arrêter face au vieux vallon gris ?

Dis-lui d’arrêter… C’est loin, c'est si loin…

Il ne répond pas ; ralentit son pas puis se tourne vers elle. Il y a cette douceur dans l’air ; ce bruissement de mots en vrai glissant des lèvres de Chân :

«  Xi-Jîn, tu dois me lâcher la main. Maintenant, l’homme nous dit d’arrêter… »

vence__t__2008_092

( ... à suivre... )

*

... et le livre, PanGea ? Il existera - Inch' Allâh ! - fin mai 2011...

(20 d'entre Vous l'ont déjà retenu... Grand Merci !)

*

Texte & photographies :

Dourvac'h

(1), (2), (3), 4), (5) & (6) : Isla de El Hierro (Canarias), octobre 2009

(7) : Massif du Plantaurel (Ariège), hiver 2009-2010

(8) : Monts d'Olmes (Ariège), été 2009