samedi 30 mai 2009

Jenovefa Rustefan (Geneviève de Rustéfan)

CIMG4694 0

Nos Gwerzioù sont ces belles, douces et cruelles
Complaintes de notre Basse-Bretagne...

Après Korydwen et Le Rouge de Kenholl
tragédie ici offerte
vendredi 1er mai 2009

... que vous pourrez retrouver en catégorie "Gwerzioù"...
(avant de repartir explorer celle de "Breizh isel"...
... et notre immense article-répertoire constamment actualisé du
8 mars 2009
Aux Galeries Féériques...)

... voici donc venir la Complainte de
Jenovefa Rustefan 

(présentée en intégralité !!!)

Jusqu'à leur dénouement (tragique),
les 94 vers de cette "Gwerz" sont scindés en SIX Chants...

Venez et revenez-y... lire, écouter, regarder...
... toucher de votre coeur nos 56 images...

*

A Vous donc, chères Amies & chers Amis de partout,
bon apprentissage de notre chère Langue bretonne !!

*

P1020591 1
" Au milieu de la paroisse de Nizon,
près de Pont-Aven en Cornouaille,
on voit s'élever le château en ruines de Rustéfan.

P1010452
2

Le peuple dit qu'anciennement on avait coutume
de danser fort tard sur le tertre du château,
et que si l'usage a cessé, c'est que les danseurs aperçurent, un soir,
la tête chauve d'un vieux prêtre, aux yeux étincelants,
s'avançant pour les regarder, à la lucarne du donjon.

P1050832
3

On ajoute à cela qu'on voit vers minuit, dans la grand' salle,
une bière couverte d'un drap mortuaire, dont quatre cierges blancs,
comme on en faisait brûler pour les filles nobles,
marquent les quatre coins.

235445709
4

Enfin, qu'on voyait jadis une jeune demoiselle,
en robe de satin vert garnie de fleurs d'or,
se promener au clair de Lune sur les murailles,
chantant quelquefois, et plus souvent pleurant.

P1020595
5

Quel mystérieux rapport entre ces apparitions ?
La ballade qu'on va lire va nous l'apprendre. "


Vicomte Hersart de la Villemarqué,
Chants populaires de la Bretagne,
Barzaz Breizh
,
1867,
XXXVII, Geneviève de Rustéfan
(dialecte de Tréguier)

*

Photo1_185 6

- I -

Pa oa paotr Iannig gad he zenvet
Nen doa ket koun da vean beleget

Quand le petit Yann gardait ses moutons,
Il ne songeait guère à être prêtre

P1000838 7

- Ne vinn, a-vad, belek na manac'h
laket em euz ma spered er plac'h


- Je ne serai, certes, ni prêtre ni moine ;
j'ai mis mon esprit dans les jeunes filles.

P1000837 8

Pa zeuaz he vamm a larez dean :
- Te a zo eur paotr fin, ma mab Iann ;
 

Quand un jour sa mère vint lui dire  :
- Tu es un finaud, mon fils Yann ;

P1010444 9
Lez al loened-ze, ha deuz d'ar ger,
Evit monet da skol da Gemper

Laisse là ces bêtes, et viens à la maison ;
il faut que tu ailles à l'école à Quimper

P1020570
10

Vit mont da slom da vean beleget ;
Ha lavar kenavo d'ar merc'hed

Que tu ailles étudier pour être prêtre,
et que tu dises adieu aux jeunes filles.

*

P1020594
11

- II -


Braoan merc'hed a voa er vro-ze
Merc'hed oto an Faou a-neuze

Les plus belles filles de ce pays-là
Etaient alors les filles du seigneur du Faou

20940932_p
12

Braoan merc'hed a zave o fenn,
Voa merc'hed an Faou war an dachen

Les plus belles filles qui levaient la tête,
sur la place étaient les filles de du Faou


P1010464 13

Hi a dole sked dreist ar merc'hed
Evel ma ra'l loar dreist ar stered

Elles brillaient près de leurs compagnes,
Comme la Lune près des étoiles


P1010790
14

Ha gant-he peb a inkane gwenn,
O tont d'ar pardon da Bond-Aven ;

Chacune d'elles montait une haquenée blanche,
Quand elles venaient au pardon, à Pont-Aven ;

P1010782
15

O tont d'ar pardon da Bond-Aven,
A grene an douar hag ar vein

Quand elles venaient au pardon, à Pont-Aven,
La terre et le pavé sonnaient ;


P1060443 16

Gant he peb a vroz c'hlaz a zeien,
Ha karkanio aour war ho c'herc'hen.

Chacune d'elles portait une robe de soie verte
Et des chaînes d'or autour du cou.

P1040896
17

Ar iaouankan, hounez ar broan ;
Iannik Kerviez a gar, ar glevann.

La plus jeune est la plus belle ;
elle aime, dit-on, le petit Yann de Kerblez.

P1000853 18

- Pevar mignon kloarek am euz bet,
hag ho fevar e ma int beleget ;

- J'ai eu pour amis quatre clercs,
Et tous quatre se sont faits prêtres ;

P1020561
19

- Iannig ar Flecher, an divezan,
ha laka va c'halon da rannan. -

- Yannig ar Flécher est le dernier ;
Il me brise le coeur. -


*

CIMG4589 20

- III -

Pa voa Iannig o vont d'ann eurzo,
Jenovefa voa war he zreujo ;

Comme Yannig allait recevoir les Ordres,
Geneviève était sur le seuil de sa porte ;

CIMG4809 21

Jenovefa voa war he zreujo,
Hag a c'houie-hi dentelezo,

Geneviève était sur le seuil de sa porte,
et y brodait de la dentelle,

CIMG4398 22

Hag ho brode gant neuden argant
(Da c'holoi eur c'halir e vent koant).

De la dentelle avec du fil d'argent.
(Cela couvrirait un calice à merveille).

CIMG4389 23

- Iannig ar Flecher, ouz-in sentet ;
Da gemer an eurzo na it ket ;

- Yannig ar Flécher, croyez-moi,
n'allez point recevoir les Ordres ;

CIMG4633 24

Da gemer an eurzo na it ket,
Enn abek d'an amzer dremenet

N'allez point recevoir les Ordres,
à cause du temps passé.

CIMG4629 25

- Distrei d'ar ger me ne hallan ket,
Pe vinn hanvet ar gaouier touet.

- Je ne puis retourner à la maison,
car je serais appelé parjure.

CIMG4632 26

- N'hoc'h euz eta koun euz an holl draou
A zo bet laretwar-n-omp hon daou ?

- Vous ne vous souvenez donc plus
de tous les propos qui ont couru sur nous deux ?

CIMG4635 27

Kollet hoc'h euz eta ar walen
'M'euz roet d'hoc'h e-kreiz an abaden ?

Vous avez donc perdu l'anneau
que je vous donnai en dansant ?

CIMG4641 28

- Ho kwalen aour n'am euz ket kollet ;
Doue neuz hi digan-in tennet.

- Je n'ai point perdu votre anneau d'or ;
Dieu me l'a pris.

CIMG4634 29

- Iannig ar Flecher, distroet endro
Ha me roio d'hoc'h va holl vado ;

- Yannig ar Flécher, revenez,
et je vous donnerai tous mes biens ;

CIMG4825 30

Iannig, va mignon, distroet endro,
Ha me ielo d'hoc'h heul e peb bro;

Yannig, mon ami, revenez,
et je vous suivrai partout ;

CIMG4749 31

Ha me gemero boteier koat,
Ha ma iei gen-hoc'h labourat.

Et je prendrai des sabots,
et m'en irai avec vous travailler.

CIMG4616 32

Ma na zentet ked ouz va goulenn,
Digaset d'i-me ar groaz n-ouen.

Si vous n'écoutez pas ma prière,
rapportez-moi l'extrême-onction.

CIMG4591 33

- Sivoaz ! hoc'h heulian ne hallan ket,
Rag aberz Doue ounn chadennet ;

- Hélàs ! Je ne puis vous suivre,
car je suis enchaîné par Dieu ;

CIMG4695 34

Rag gand dorn Doue em onn dalc'het,
Ha d'ann eurzo eo red d'in monet. -

Car la main de Dieu me tient,
et il faut que j'aille aux Ordres. -

*

P1040897 35

- IV -

Hag o tout endro euz a Gemper
E teuaz adarre d'ar maner

Et, en revenant de Quimper,
il repassa par le manoir.

P1000966 36

- Eurvad, otro maner Rustefan,
Eurvad d'hoc'h holl dud, braz ha bihan

- Bonheur, seigneur de Rustéfan,
Bonheur à vous, grands et petits !

P1020596 37

Eurvad ha joa d'hoc'h bihan ha braz,
Muioc'h evit zo gan-in, sivoaz !

Bonheur et joie à vous, petits et grands,
plus que je n'en ai, hélas.

P1010465 38

Me zo deuet d'ho pedi, d'ann de,
Da zonet d'am oferen neve.

Je suis venu vous prier
d'assister à ma messe nouvelle.

P1020533 39

- Ia ! d'hoc'h oferen ni a ielo,
Kentan brofo er plad me a vo.

- Oui, nous irons à votre messe,
et le premier qui mettra à l'offrande sera moi.

P1020593 40

Me a brofo er plad ugent skoed,
Hag ho maeronez, va itron, dek ;

Je mettrai à l'offrande vingt écus,
et votre marraine, ma dame, en mettra dix ;

P1050833 41

Hag ho maeronez a brofo dek,
Da rei enor d'hoc'h,otro belek. -

Et votre marraine en mettra dix
pour vous faire honneur, seigneur prêtre !

*

P1000351 42

- V -

Pa oann digouet e-tal Penn-al-lenn
O vonet ive d'an oferen

Comme j'arrivais près de  Penn-al-Lenn,
me rendant aussi à la messe,

P1020597 43

E weliz kalz a dud o redek,
Hag hi enn eunn estlamm braz meurbed.

Je vis une foule de gens courir
tout épouvantés.

P1020571 44

- Na c'hui, gregik koz, d'in leveret,
Nag an oferen zo achuet ?

- Hé ! dites-moi donc, vous, bonne vieille,
est-ce que la messe est finie ?

P1010720 45

- An oferen a zo deraouet,
Hogen he achui n'euz gallet

- La messe a été commencée ;
mais il n'a pu la finir ;

P1000954 46

He achui n'en deuz ket gallet
Goelan da Jenovefa neuz gret,

Mais il n'a pas pu la finir ;
il a pleuré sur Geneviève,

P1000947 47

Ha tri leor braz en deuz treuzet, 'vad,
Gand an daero euz he zaoulagad

Et, en vérité, il a mouillé trois grands livres
des larmes de ses yeux.

P1000952 48

Ken a zeuaz ar plac'h o redek,
Ha gouezaz da zaoulin ar belek

Et la jeune fille est accourue,
et elle s'est précipitée aux genoux du prêtre :

P1000955 49

- Enn han Doue ! Yann, distroet endro
C'hui zo kiriok, kirio d'am maro ! -

- Au nom de Dieu, Yann, arrêtez !
Vous êtes la cause, la cause de ma mort ! -

*

P1010783 50

- VI -

An otro Iann Flecher zo person,
Person eo breman, e borc'h Nizon ;

Messire Jean Flécher est recteur,
recteur maintenant au bourg de Nizon ;

P1000953 51

Ha me am euz savet ar wers-ma,
N'euz hen gwelet meur wech oc'h oela ;

Et moi, qui ai composé ce chant,
je l'ai vu pleurer mainte fois ;

P1000352 52

Meur wech m'euz hen gwelet oc'h oela
Tostik-tost da ve Jenovefa.

Mainte fois, je l'ai vu pleurer
près de la tombe de Geneviève.

*

NOTES :

" Les Flécher habitent toujours la paroisse de Nizon ; ce sont de bons et honnêtes paysans. Ils se souviennent d'avoir eu un prêtre dans leur famille, ce qu'atteste d'ailleurs un calice sculpté sur le linteau de la porte de leur maison, mais ils ne connaissent rien de son histoire ; ils savent seulement qu'un seigneur du pays contribua à payer son éducation cléricale. Ce seigneur, dont la femme était, selon notre ballade, marraine du jeune clerc Yannig, aura craint les suites de l'amour de sa fille pour le petit paysan, et y aura mis un terme en le faisant entrer dans les Ordres sacrés. Quant à l'héroïne de la ballade, nous manquons de documents qui nous permettent d'indiquer précisément l'époque où elle vivait. un grand échanson de France de sa famille et de son nom possédait, en 1426, le château des Rustéfan ; voilà tout ce que nous apprend le registre de la "Réformation" de la noblesse de Cornouaille. Mais Yann Flécher ne se trouvant pas porté sur la liste des recteurs de cette paroisse, dont nous avons les noms depuis l'an 1500 jusqu'à ce jour, il y a lieu de croire que les événements racontés dans la ballade se sont passés antérieurement. Qu'ils aient été chantés peu d'années après être arrivés, on n'en pourrait douter, puisque le poète nous assure qu'il a vu le prêtre pleurer près du tombeau de Geneviève. Ce poète, né à Tréguier, comme l'atteste le dialecte qu'il a suivi, habitait évidemment alors en Cornouaille, et peut-être Nizon même, où la ballade est restée des plus populaires. "

Vicomte Hersart de la Villemarqué
Chants populaires de la Bretagne

"Barzaz Breizh"

édition de 1867
pages 266 à 271
(la musique de la "Gwerz" se trouve page XXI du recueil)

*

P1010792 53

... à la mémoire de

Jenovefa

*

CIMG4560 54

Et partez lire nos looooooongues réponses personnelles
apportés à vos si charmants messages
sous notre article précédent
Abus de pouvoir des rêves (...) 

*

CIMG4564 55

Légendes des photographies :

(0) Ciel à Viviès (Ariège), mai 2009 - photo : Dourvac'h
(1) Droit de passage pour une noce se rendant à l'église, Locquirec
(2) Entrée du bourg de Beuzec-Conq, environs de Concarneau
(3) Château de Kériolet (Finistère)
(4) Brodeuse bigoudène vers 1910 (Finistère)
(5) Procession de Plouneour-Trez, près Brignogan (Finistère)
(6) Enfants davant le Menhir de Kerampeulven (Finistère)
(7) Jeune homme du Pays glazik
(8) Jeune fille du Pays glazik
(9) Départ pour le marché de Plougastel - porcs placés sous la protection de Saint Carré
(10) Château de Josselin, vue du Quartier Sainte-Croix
(11) Pardon près du Pouldu : la procession des femmes
(12) Jeune fille en coiffe et châle brodés
(13) Procession à Sainte-Anne-la-Palud
(14) Jeunes filles à la chapelle Saint-Tugen en Primelin
(15) Paysans de Pont-Aven se rendant au Pardon
(16) Jeune fille du Pays glazik
(17) Procession de la Grande Troménie de Locronan
(18) Jeune fille en coiffe et châle brodés
(19) Jeune fille de la région de Fouesnant, Festival de Cornouaille - éd. d'art Jos Le Doaré
(20) Marguerite, mai 2009
- photo : Dourvac'h
(21) Marguerites - prairie par-dessus le château de Gargas, Viviès (Ariège), mai 2009 - photo : Dourvac'h
(22) Au-dessus du château d'eau, commune de Viviès (Ariège), mai 2009 - photo : Dourvac'h
(23) Rameaux de Saule à la baignade du Douctouyre à Vira (Ariège), mai 2009 - photo : Dourvac'h
(24)(25)(26)(27) (28)(29) Sur le Pont du Douctouyre à Vira (Ariège), mai 2009 - photo : Dourvac'h
(30) Hirondelles de Cheminée, Viviès (Ariège), 29 mai 2009 - photo : Dourvac'h
(31) Ciel et Robiniers au-dessus du Douctouyre, Vira (Ariège), mai 2009 - photo : Dourvac'h
(32) Ciel dans un miroir-aux-Fées, Viviès (Ariège), mai 2009 - photo : Dourvac'h
(33) Ciel au-dessus du château de Gargas, Viviès (Ariège), mai 2009 - photo : Dourvac'h
(34) Ciel à Viviès (Ariège), 26 mai 2009 - photo : Dourvac'h
(35) La Trinité de Surzur : la fontaine de pélerinage
(36) Corsage du pays bigouden (XIXème siècle)

(37) Chapelle de Loctudy (Finistère)
(38) Pélerins devant le sanctuaire de Sainte-Anne-la-Palud

(39) Porche de l'église Saint-Michel à Quimperlé (XIVème siècle)
(40) Bieuzi près Pontivy : la fontaine de Saint-Bieuzi (XVIème siècle)
(41) Au château de Kériolet (Finistère)
(42) Porche de l'église de Pencran (XVème siècle), Finistère
(43) Pardon de Rumengol
(44) Le Jubé de Saint-Fiacre, Le Faouet
(45) Chapelle Saint-Goneri aux environs de Tréguier (Côtes d'Armor)
(46) Cariatide à La Martyre
(47) Chapelle Saint-They, Pointe du Van (Finistère)
(48) Fond de coiffe brodé, Cornouaille - photo : Christine Legrand
(49) Chapelle ruinée de Languidou, Pays bigouden (Finistère) - merci, chère Isaly !!!
(50) Portail et calvaire de la chapelle Saint-Tugen en Primelin (XVIème siècle)
(51) "Piéta" (Tria Fata), calvaire de granit
(52) Jeune fille de Guéméné

(53) "Retour du Pardon", détail dun tableau de G. Jundt (1874)
(54) Prairie sous le château de Gargas, Viviès (Ariège), mai 2009 - photo : Dourvac'h
(55) Rosier à Viviès (Ariège), mai 2009
- photo : Dourvac'h
(56) Jeune fille de Guéméné

CIMG4884 56

Kenavo da c'hwi, breudeur ha c'hoarezed !

Posté par regardsfeeriques à 21:43 - - Commentaires [44] - Permalien [#]

dimanche 17 mai 2009

Abus de pouvoir des Rêves... (et autres substances illicites)

CIMG4258  1

Etrange pouvoir...

CIMG4271
  2

... que celui de nos Rêves...

CIMG4297
  3

Que peuvent-ils pour nous... ?

CIMG4260
  4

... ombres mouvantes...

CIMG4278
  5

... hirondelles filantes...

CIMG4291
  6

Au château du Roi Pêcheur...

CIMG4368
  7

... Amfortas, Perceval, Kundry...

CIMG4274
  8

...n'êtes-vous donc plus que des Ombres ?

CIMG4369
  9

Où donc retrouver notre Graal ?

CIMG4289
10

... au coeur de cet hiver 1940, dans la Forêt des Ardennes ?

CIMG4296
11

Le Passeur est en Outremonde...

CIMG4344
12

A qui demander notre chemin, dès lors ?

CIMG4302
13

... aux Pâquerettes printanières ?

CIMG4219
14

... à nos petites Fées qui rêvent ?

CIMG4305
15

... à cette Beauté sur la Terre ?

CIMG4232
16

... à la Femme Sauvage en votre être ?

CIMG4308
17

... à tout l'Amour du Monde ?

CIMG4366
18

... pieds et pattes plongeant dans le Fleuve-Temps...

CIMG4283
19

... pureté de nos rêves sans limites

CIMG4257
20

Abus des pouvoirs ordinaires ?

CIMG4284
21

... pour nous, abus des Pouvoirs Premiers du Rêve...

CIMG4268
22

Toujours le Rêve...

CIMG4371
23

... s'agrandit...

CIMG4375
24

... embellit...

CIMG4226
25

... refleurit...

CIMG4382
26

Littérature des Songes...

CIMG4381
27

... émeraudes...

CIMG4385
28

Puissances...

CIMG4388
29

... des odeurs de rivière...

*

Texte, photos et dessin :

DOURVAC'H
Sous le Frêne / lectures / fleurs /
hauteurs du Cap de la Serre / eaux du Douctouyre :
Communes de Viviès et Vira
(Ariège)
samedi 16 mai 2009

*

Douce Anne ou "Face au Miroir",
dessin crayons de couleurs Polychromos sur papier Ingres, 65 x 50 cm, 8 mai 2009

Et TOUS vos merveilleux longs commentaires offerts
sous notre article précédent
à la petite Anne
ont, depuis, trouvé nos longues réponses personnelles
... à découvrir...

*
Julien GRACQ
a rejoint Outremonde le 28 décembre 2007

*

Les titres "La Beauté sur la Terre" et "L'Amour du Monde"
sont ceux de deux superbes romans-poèmes de

C.F. RAMUZ

*

CIMG4383 30

... and so many thanks to our Guest-Star

( for ever, in that movie)
:

Miss Toutoune
(as "The Bathing Girl")

Posté par regardsfeeriques à 18:49 - - Commentaires [51] - Permalien [#]
dimanche 10 mai 2009

"Douce Anne" ou Face au Miroir...

CIMG4173

Euh, juste pour vous dire...

CIMG4211

... d'aller vite lire les nouvelles aventures de
Chris
et Val !
(juste en dessous)

CIMG4208

... aussi nos Entrelacs de Beltane
du 8 mai...
(avec toutes nos longues réponses à Vous par d'ssous !)

CIMG4210

... une belle chanson, Korydwen et le Rouge de Kenholl
(au 1er mai ... avec les longues réponses dourvac'hiennes en d'ssous !)

CIMG4077

... Aux portes du Miroir de l'âme (à notre Anima... )
(du 25 avril... avec toujours nos longues réponses, au d'ssous !)

CIMG4224

... à Vous, de bonnes lectures
et à bientôt !

(Message adressé par la
petite Anne
,
notre Fée messagère)


*

dessin :
DOURVAC'H
10 mai 2009


"Douce Anne"
ou
Face au Miroir....

Posté par regardsfeeriques à 22:57 - - Commentaires [36] - Permalien [#]

L'été et les ombres (Chapitre 10 /début...)

10

Sirène

CIMG4194

On ne dit jamais adieu à ce qui reste d'enfance.

Chris... il n'y avait plus de Chris...
Chris ne s'était pas enfuie : elle était morte ici.

Grazziella était revenue au pays : neuve, avec parents et frères adoptifs dans son sillage.


*

CIMG4191

" J'ai été placée, tu comprends ? Placée, tu ne sais pas ce que c'est... mise quelque part. Tu as l'impression qu'on te met n'importe où, que ça ne collera jamais... Puis, ils doivent penser tous que tu as vu bien pire... "

Alors tu m'as raconté comment l'autre était mort - lui pour de vrai - à la fin de notre été...

Plusieurs "crises"... il paraît que le foie et la tête éclatent en même temps... rien ne se voit à l'extérieur... tout se passe dans les nerfs... Il s'est mis à avoir des mouvements désordonnés - exactement comme un chien qui se noie ! L'occasion pour toi de se dégager de son corps... Puis il s'est  raidi, s'est remis encore à trembler... avec ses lèvres bleues qui dégoulinaient de salive rose... jusqu'à ce que son gros torse de morse ne bouge plus ! Ses yeux vitreux aux paupières retournées brillaient encore...

Plusieurs fois comme ça, avant que ça finisse.
L'épilepsie de trop de bière... ou peut-être toutes ces bosses du foie...
... ça l'a tué : c'était temps !


CIMG4196

" C'était un soulagement, tu comprends ? Est-ce que ça aurait pu se terminer autrement ? Seule maman a été surprise - triste, même... Elle s'est arrêtée de boire prendant trois jours : le temps de l'enterrer...

On était deux... elle et moi... et le curé !

Le soleil cuisait la peau. Je me souviens aussi de ma robe : la plus belle qui me restait pour l'enterrer... Après, je l'ai jetée...

CIMG4199

Maman qui était pâle, pleine de tics, tremblante... Je voyais bien qu'elle tenait à peine debout ! Elle n'avalait plus rien, buvait à peine... Elle est rentrée à l'hôpital dès le lendemain ! Elle commençait à délirer... à me prendre pour sa mère qu'elle n'a jamais connue... Elle ressemblait vraiment à une enfant malade, avec son visage fripé, ces yeux tout luisants... pleine d'angoisse, toujours... Elle m'appelait... Elle disait : "Je vais mourir, j'ai peur... " puis l'instant d'après : "Dis, je ne vais pas mourir au moins ? "... Elle m'appelait encore, "Maman ! ", et m'entourait le bras en griffant... et moi, j'avais envie d'être sa mère - c'est horrible... tu ne trouves pas ? "

... bien sûr ! Mais je ne suis pas à ta place...

Chris ou Grazziella... Je respire juste tes cheveux merveilleux lissés sur le haut de ta tête qui murmure - ton doux poids contre mon épaule.

CIMG4213

(à suivre...)

*

photographies :

DOURVAC'H

Viviès (Ariège), 10 mai 2009

Posté par regardsfeeriques à 22:55 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
vendredi 8 mai 2009

Entrelacs de Beltane...

CIMG4152

Végétal ...

Il avait la poussée d'une ombre ...

Le coeur sauvage d'un écureuil

et les oiseaux volaient si haut ...

CIMG4162


Végétale ...

Elle dansait l'ombre et la lumière

Pépites douces dans ses yeux

Et la rose à son couvert ...

*

(Auteur inconnue)


P1020077

*
... et
Chris & Val
vous reviendront bien ce dimanche soir...

... et toutes nos trèèèèès longues réponses
à vos nombreux, charmants, adorables commentaires...
à dénicher très vite (tels des Oeufs de grive musicienne)
au fond du nid de nos deux derniers articles,
"Korydwen et le Rouge de Kenholl" et
"Aux portes du miroir de l'âme... (à notre Anima) "...


*
photographies & dessin en cours :
DOURVAC'H

Commune de Viviès (Ariège),
Printemps en mai 2008 & 2009


CIMG4156

Cerridwen et le Chaudron de mai
(détail du dessin, 8 mai 2009)

Posté par regardsfeeriques à 12:52 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
vendredi 1 mai 2009

Korydwen et le Rouge de Kenholl

CIMG0943

" Korydwen, Korydwen, pourquoi t'en être allée
au premier jour de mai de ta quinzième année,
fillette païenne, couronnée d'épis de blé,
à la fraîche fontaine, dans le bois aux sorbiers ?

CIMG0944

De s'en venir de Vannes trois hommes, trois cavaliers,
au Pardon de Sainte-Anne s'en allant chevaucher,
de Sainte-Anne près de Nantes, sur un rocher dressée.
Et Korydwen d'entendre les cloches sonner.

CIMG0622

Le premier des cavaliers, de pierreries couronné.
Cheval blanc comme est blanc le marbre de Carrarz en été.
- A Sainte-Anne, belle païenne, je vous mènerai.
Venez venez en selle... Mais il n'eut achevé...

CIMG0242

... que sa peau tombe en lanières sur son corps tout desséché,
qu'en chimère de pierre soudain se trouve changé,
et ses bras en poussière et en poudre ses deux pieds.
Et de ses cendres grises, la fontaine est brouillée.

CIMG0905

Plongeant l'épée dans l'ève, la second des cavaliers

rendit claire la source et plus fraîche d'emblée.
D'une tortue la tête ornait son casque d'acier,
ses écailles recouvraient sa cuirasse cirée.

CIMG0906

- Qui es-tu ? dit Korydwen - Bathalan le guerrier !
Je suis le fils de Tonkad et de l'océan suis né.
- L'océan ne fait naître que sirène ou bien sorcier.
Au Pardon de Sainte-Anne jamais ne te suivrai !

CIMG0901

De la fraîche fontaine au troisième des cavaliers,
Korydwen en sa bouche de l'ève claire a versé :
- Tu es jeune et tes yeux sont de jade émaillés ;
de quel pays viens-tu sur ta pourpre haquenée ?

CIMG0241

- D'où je viens sept moulins tournent dans les vents salés
qui font ma barbe rose comme rose du rosier.
On m'appelle... Le Rouge, à Kenholl où je suis né,
A Sainte-Anne, au Pardon, je m'en viens pour te mener.

CIMG0784

De bondir tous les deux dessus la pourpre haquenée.

Sonnaient sonnaient les cloches de vers Nantes au clocher.
De chevaucher trois jours et deux nuits sans s'arrêter,
sans boire et sans manger, de colline en vallées...

P1020595

Mais Korydwen s'étonne à la troisième soirée  :
- Je n'entends plus qu'à peine les cloches sonner.
- Ce n'est rien, dit Le Rouge, mais le vent a dû tourner.
Viens. païenne, sur ma couche de paille de blé...


CIMG0900

Ils repartent au matin dessus la folle haquenée.
Ils traversent belles forêts de bois de cerfs dressés,
plus vertes que sont les algues et que d'Irlande les prés,
sans boire et sans manger, trois jours deux nuits sans s'arrêter....


P1000382

Mais Korydwen s'étonne à la sixième soirée :

- Je n'entends plus les cloches du Pardon sonner!
- Tu te trompes Korydwen, tu te trompes ma bien-aimée;
c'est le vent qui est tombé. Il est tard, allons nous coucher...


P1020545

Quand Korydwen s'éveille à la septième rosée,

elle est seule sur la couche de paille de blé :
à la place du Rouge elle découvre à son côté
des serpents et un miroir brisé.


P1050845

Et Korydwen d'y plonger son regard pour le croiser,

mais le visage qui lui fait face de la faire sursauter :
c'est celui d'une vieille femme d'au moins cent et dix années
dont des serpents dévorent les pauvres seins déchirés...


P1010792

Et Korydwen de voir son maigre sang couler,

et la terre le boire et sa mort arriver.
Et de son ventre froid soudain s'envole un épervier
qui plonge dans la Loire, en ce monde enchanté."

*

Traditionnel / musique :

Tri Yann
1991

(CD "Belle et Rebelle")

*

P1000337

Mais QUI es-tu,

Korydwen

ou
Cerridwen ?


Toutes les réponses se trouvaient chez notre âmie enchanteresse
Yabyum...

*

P1010790

Cerridwen est la maîtresse celtique des poètes et de l'inspiration.

Comme Boann est une déesse de l'eau et Brighid une déesse du feu,
Cerridwen personnifie ce que vous obtenez quand  vous faites bouillir des ingrédients
dans l'eau d’un chaudron au-dessus d’un feu.
Si Boann est une figure maternelle et Brighid une Vierge,
Cerridwen est vu comme une vieille «sorcière» ou une «vieille bique»
(c'est-à-dire  une "Cailleach", sage-femme et une "Gwrach", homologue féminin d'un druide).

P1010786

Elle s’occupe d’un des chaudrons les plus puissants
dans la tradition celtique.
Elle est une créatrice aussi bien qu'une initiatrice
pour artistes, les conteurs et les bardes
sur le chemin de la vocation qu’ils ont choisie.

Le chaudron de Cerridwen a souvent été remué
pendant «une année et un jour» ;
une période de temps symbolique qui signifie un «accomplissement»

avant de pouvoir bénéficier de son contenu.

235445709

En tant que "sorcière", Cerridwen connaissait
toutes les façons de combiner
les herbes et autres substances
qui pourraient être mélangées dans le chaudron,
et quels effets elles provoqueraient
chez celui qui absorberait ses concoctions.

Parce que le fils de Cerridwen, Afagddu, était le garçon le plus laid
que l’on ait jamais connu sur terre,
la déesse décida un jour de préparer un breuvage
qui lui accorderait un haut degré de sagesse,
pensant que s'il était laid, il  pourrait au moins être un grand sage.

Cependant, comme en avait décidé le destin,
Cerridwen a demandé à son jeune protégé, Gwion Bach,
de surveiller le chaudron durant «un an et un jour»,
temps durant lequel le breuvage se concocterait,
et tandis qu'elle serait occupée à autre chose ...

P1010455

Au bout de ce temps, alors que le breuvage venait juste d’être terminé,
trois gouttes ont sauté hors du chaudron sur les doigts de Gwion !
Comme elles étaient brûlantes, sa réaction immédiate
fut de porter ses doigts à sa bouche pour les apaiser !
Il hérita ainsi instantanément de
toute la sagesse destinée au fils de Cerridwen.

Mais il sut également que Cerridwen
ne le laisserait pas partir avec ce vol ;
aussi il se sauvât ! 

Il quitta la maison de Cerridwen «sous le lac»
et se mit à courir, changeant de forme en allant.
La déesse,  sachant immédiatement ce qui s'était produit,
s’élançât après lui.

Gwion, pour échapper à Cerridwen,
passa par un certain nombre de changements,
se  transformant finalement en grain de blé
que Cerridwen, elle-même transformée en poule, a alors avalé !

Neuf mois plus tard, elle lui a donné naissance
sous la forme du poète Taliesin.

Ceridwen eut un autre fils du nom de Morvran
qui était d'une laideur telle
qu'il fut pris pour un démon
lors de la bataille de Camlannce
qui découragea les combattants.

Elle est aussi le troisième aspect de la Triple Déesse,
celui de la femme sage.
Elle est la Déesse de l'inspiration
... et une des Déesses d'Avalon...

cerridwen1

Cette histoire entière est une parabole de la nature de la créativité,
de la nature du poète et des dangers de la vocation artistique.

L'inspiration trouve son origine dans la dimension «sauvage» de la vie;
pas dans sa nature domestiquée ;
elle vient de «très, très loin» ; peut-être même de «sous un lac».

Le Poète, image de n'importe quel artiste,
doit chercher cette inspiration sauvage et vivifiante
dans le chaudron préparé par Cerridwen,
et accepter les occasions qui se présentent
de goûter le breuvage qu'elle a fait.

En obtenant une goutte, la vocation créatrice est mise en marche !

*

P1080731

Pour ressentir Cerridwen, vous devez vous aventurer dehors au clair de lune, particulièrement quand elle est pleine. Vous êtes le plus susceptible de la rencontrer où le clair de lune se reflète sur une surface d’eau, dans une clairière baignée d’un clair de lune au coeur d’un bois ou le long d'un champ, le long d'une route de campagne isolée. Rendez-vous dans un de ces endroits (physiquement ou en imagination) et recentrez-vous.  Regardez la lune dans le ciel; «sentez» le clair de lune vous  baigner. Psalmodiez alors doucement ses noms: Rhiannon - Cerridwen - Arduinna. (« Rhiannon » et « Arduinna » sont deux autres déesses celtiques liées à la Lune). Si vous voulez participer plus pleinement à la puissance de la lune, remplissez un calice avec de l'eau douce venant d’une source ou d’un ruisseau limpide. Asseyez-vous en tenant le calice de façon à voir la lune se refléter à la surface de l'eau. Meditez sur la puissance de la lune à induire l'inspiration et à augmenter l'imagination créatrice. Tandis que vous méditez, observez la réflexion de la lune; sentez sa puissance couler en vous lorsque vous inspirez. Penchez-vous au-dessus du calice et inhalez l'air près de la surface de l'eau;  symboliquement vous vous «imprégnez» de la lumière de la lune. Vous pouvez pratiquer une divination lunaire en posant une question et en  soufflant alors légèrement sur la surface de l'eau dans le calice.  Pendant que vous regardez en lui, un motif peut alors apparaître à la surface de l'eau ainsi perturbée et induire en vous une intuition porteuse d’une « réponse ».

*

P1000850

Maintenant écoutez les paroles de la
Grande Mère

qui fut aussi appelée parmi les hommes
Artémis, Astarte, Athéna, Dione,
Mélusine, Aphrodite, Cerridwen, Dana, Arianrhod, Isis, Bride,
et par bien d'autres noms :

" Toutes les fois que vous aurez besoin de quoi que ce soit,
Une fois dans le mois et de préférence quand la lune sera pleine....
"

*

Tous textes publiés par notre âmie
Yabyum
 
à l'occasion de la tendre fête printanière de
Beltane...
... moment où s'unirent la "Grande Déesse Mère"
et le "Grand Dieu & Père"
de notre Univers

*

P1050863

Découvrez vite le doux univers de notre Enchanteresse
YabYum
en

http://yabyum.canalblog.com

*

... et lisez bien TOUTES nos réponses à vos 42 charmants messages
juste sous l'article précédent !

*

... et puis ?
Chris & Val
vous reviendront annoncer (et ne jamais clore)

"L'été et les ombres"

*

CIMG4145

choix des photos :

DOURVAC'H

Jeune fileuse de chanvre à Pluherlin (Morbihan)
Embarquement à Saint-Guénolé près Penmarc'h (Finistère)
Chevauchée dans les eaux du Douctouyre (Ariège)
Gisant du Cloître à Saint-Lizier (Ariège)
Eaux du Douctouyre à Vira (Ariège)
Croix occitane (dallage de galets) face au Cloître de Saint-Lizier (Ariège)
Jument face à Roquefixade (Ariège)
Procession de Plouneour-Trez, près Brignogan (Finistère)

Eaux du Douctouyre à Vira (Ariège)
Saint-Yves et sa femme : statues de bois polychrome
Jeune fille de La Forêt-Fouesnant au miroir
Jeune femme et enfant au château de Keriolet (Finistère)
Un retour de Pardon (gravure)
Trois jeunes filles priant devant le Calvaire et Portail de Saint-Tugen en Primelin (Finistère)
Fileuse devant le Calvaire et Portail de Saint-Tugen en Primelin (Finistère)
Brodeuse à Pont-l'Abbé (Finistère)
Fontaine de Sant-Tivisiau à Landivisiau (Finistère)
Cerridwen (illustration prêtée par Yabyum / auteur inconnu)
Fillette de Saint-Herbot  (Finistère)
Broderie bigoudène : détail du plastron d'un costume féminin

*

CIMG4144

DOURVAC'H

Cerridwen 

(dessin en cours - détails au soir du 5 mai 2009)

Posté par regardsfeeriques à 18:00 - - Commentaires [46] - Permalien [#]